VALLA André, Siméon

Par Jacques Girault

Né le 23 janvier 1923 à Gilhoc-sur-Ormèze (Ardèche), mort le 8 août 1985 à Valence (Drôme) ; instituteur en Ardèche ; résistant ; militant syndicaliste ; militant communiste ; adjoint au maire de Gilhoc-sur-Ormèze.

Fils unique d’un petit cultivateur du nord de l’Ardèche, de religion protestante, André Valla fut baptisé au temple. Après une scolarité primaire dans l’école de son hameau, élève du cours complémentaire de Lamastre, il entra à l’École normale d’instituteurs de Privas (Ardèche) en 1939 et termina sa scolarité au début des années 1940. Réfractaire au Service du travail obligatoire, il fut caché chez un cultivateur de Saint-Basile. Il participa à la Résistance dans la région de Vernoux et fut versé dans les FTPF à partir du 4 juin 1944 dans le bataillon Ravel. Engagé volontaire pour la durée de la guerre comme sergent chef, il prit part aux opérations militaires dans les Alpes et fut démobilisé en décembre 1945. Il fut nommé instituteur en Ardèche, successivement à Lesperon (hameau de Maurras, Toulaud (Les Bonnets), Saint-Prix, Saint-Jean-Chambre, Le Crestet, Charmes-sur-Rhône, Saint-Jean-de-Muzols et Tournon où il resta jusqu’à sa retraite en 1977.

André Valla se maria au temple en février 1949 à Gilhoc avec la fille d’un cultivateur. Le couple eut cinq enfants.

André Valla, dit « Dédé », membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1945, faisait partie du conseil syndical de la section départementale du SNI dans les années 1960. Secrétaire cantonal, il était le responsable de sa trésorerie pendant une vingtaine d’années. En mai-juin 1968, il fit partie du comité de grève de la région de Tournon. Il était membre du conseil d’administration de l’association de parents d’élèves du collège d’enseignement technique de Tournon à la fin des années 1960.

Membre du Parti communiste français depuis 1946, secrétaire de la cellule Adrien Lacour, membre du bureau et trésorier, de la section communiste de Tournon, il entra à la commission fédérale de contrôle financier en juillet 1966 et en resta membre pendant deux années.

Candidat à diverses élections législatives, par exemple, en 1973, il était le suppléant du candidat communiste dans la deuxième circonscription (Tournon), puis l’année suivante lors de l’élection législative partielle. Il fut candidat à deux élections cantonales dont celle de 1961 à Lamastre. Bien que n’habitant Gilhoc-sur-Ormèze qu’à partir de sa retraite en 1978, il conservait de fortes attaches dans son village natal (Amicale laïque, création du club des aînés ruraux, présidence de l’association communale de chasse) et fut à l’origine du comité des fêtes. Candidat communiste isolé ou avec un autre communiste aux élections municipales à partir de 1965, recueillant environ un quart des voix, il fut élu en 1983 sur la liste d’union du maire sortant dont il devint un adjoint.

Trésorier départemental de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance, secrétaire de sa section de Tournon, il présidait l’association des anciens combattants de Gilhoc et fut l’artisan de la construction du monument dédié aux aviateurs anglais et canadiens tombés sur la commune en juin 1945.

Décédé à l’hôpital de Valence, il fut enterré civilement au cimetière de Gilhoc.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article179759, notice VALLA André, Siméon par Jacques Girault, version mise en ligne le 6 avril 2016, dernière modification le 6 avril 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par les enfants du militant. — Notes de Jean Fantini et de Jean Fouraison

Version imprimable Signaler un complément