VAILLANT Raymond

Par Jacques Girault

Né le 1er avril 1927 à Rumilly-en-Cambrésis (Nord), mort le 1er janvier 2005 à Gonesse (Val-d’Oise) ; professeur ; militant du SNETAA ; militant socialiste ; conseiller municipal de Saint-Brice-la-Forêt (Seine-et-Oise/Val d’Oise), adjoint au maire de Lille (Nord).

Fils d’un journalier, Raymond Vaillant, professeur dans un établissement d’enseignement technique court, se maria en décembre 1952 à Angoulême (Charente).

Il militait au Syndicat national de l’enseignement technique autonome apprentissage dont Pierre Mauroy avait été le responsable national. Il fut membre suppléant de la commission administrative nationale de la Fédération de l’Éducation nationale de 1961 à 1964. Il habitait alors à Saint-Brice-la-Forêt (Seine-et-Oise/Val d’Oise). Secrétaire de la section socialiste SFIO, il fut élu conseiller municipal en 1965.

Membre du Parti socialiste, Raymond Vaillant, en 1968, fut appelé par Mauroy à Lille. Milita de la section socialiste, il devint conseiller municipal de Lille en 1977 et fut régulièrement réélu jusqu’en 1991. Adjoint au maire depuis 1983, délégué au personnel, aux marchés publics, aux affaires militaires, il devint premier adjoint en 1989, chargé notamment des finances. Il fut, de 1995 à 2001, conseiller délégué aux relations internationales et aux jumelages et conseiller à la Communauté urbaine de Lille.

Homme de confiance de Mauroy, il devint le trésorier national du Parti socialiste de 1971 et le resta jusqu’en 1979. Il signa le Manifeste "École et socialisme" le 23 février 1973. Quand Pierre Mauroy devint Premier ministre en 1981, il s’occupa du fonctionnement du ministère.

Franc-maçon (Grand-Orient de France), ayant engagé depuis quelques années dans le cadre de la fédération Léo Lagrange en relations avec Georges Rino, une réflexion sur le temps libre, il présida à partir de septembre 1982 l’agence nationale du chèque vacances.

Raymond Vaillant fut élu le 4 juin 1992 président du Centre nationale de formation du personnel territorial, responsabilité qu’il conserva jusqu’en 1996. Sa présidence se traduisit par des réformes selon le triptyque annoncé en 1992 « déconcentration, concertation, coordination »

Ses obsèques furent célébrées à l’église de Saint-Brice où il résidait à nouveau depuis 2001.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article179690, notice VAILLANT Raymond par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 avril 2016, dernière modification le 3 avril 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Divers sites Internet. — Notes de Jean Battut.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément