TROPINAT Maurice, André

Par Jacques Girault

Né le 26 décembre 1924 à Saint-Dizier-les-Domaines (Creuse), mort le 31 mars 1998 à Paris (XIVe arr.) ; directeur de collège ; militant syndical ; militant communiste ; adjoint au maire de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir).

Fils d’un receveur des PTT, futur militant dans les années 1960 du PUMSUD (Pour un mouvement syndical uni et démocratique), Maurice Tropinat fut admis en 1940 à l’Ecole normale d’instituteurs de Chartres (Eure-et-Loir), supprimée par le gouvernement de Vichy. Il effectua sa scolarité avec toute la promotion « Édouard Branly », comprenant notamment Pierre Chaillou, au lycée Marceau. Après avoir obtenu le baccalauréat (série Mathématiques élémentaires) en 1944, il commença, en octobre 1944, comme instituteur stagiaire, puis devint titulaire dans diverses communes du département avant son installation à Nogent-le-Rotrou en 1954. Il se maria uniquement civilement en mars 1947 à Saint-Piat (Eure-et-Loir) avec Renée Colin, institutrice, sympathisante communiste, fille d’un cordonnier. Le couple eut trois filles.

Maurice Tropinat adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1945 et devint délégué cantonal en 1956 à Nogent-le-Rotrou. Membre du conseil syndical de la section départementale du SNI en 1962, il entra dans le secrétariat au début des années 1970.

Maurice Tropinat, membre du Parti communiste français en janvier 1946, en poste à Bazoche-Gouet, trésorier du cercle local de l’Union de la Jeunesse républicaine de France, devint le secrétaire de la section communiste d’Authon. Il entra au comité de la fédération communiste en 1948. Secrétaire de la section communiste d’Illiers en 1953, puis de celle de Nogent-le-Rotrou en 1959, il resta au comité fédéral jusqu’en 1964. Proposé pour le bureau fédéral en 1957, il ne fut pas retenu pour ne pas renforcer le nombre de fonctionnaires. À nouveau élu de 1968 à 1976, il présida en 1977 la commission fédérale de contrôle financier et ne fut pas réélu en 1978. Animateur du groupe des élus communistes et républicains au début des années 1970, il en fut le responsable à partir de 1973. Le secrétariat national du PCF, dans sa réunion du 25 mai 1960 décida renforcer la commission laïque auprès du comité central et le désigna comme membre.

Il suivit le stage organisé par le PCF pour les instituteurs communistes en 1953. Candidat au Conseil général dans le canton de Brou en 1948 puis dans celui de Nogent-le-Rotrou en 1961, il fut élu conseiller municipal de Nogent-le-Rotrou à la fin des années 1960. Réélu sur une liste d’union de la gauche en 1971, il devint deuxième adjoint au maire, Robert Huwart, membre de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste. Aux élections de 1977, chef de file des candidats communistes, il ne fut pas élu. Il redevint cinquième adjoint au maire de 1983 à 1989. Aux élections législatives de 1967, 1968, 1972, 1978, il fut le suppléant du candidat communiste dans la troisième circonscription d’Eure-et-Loir. Une fois à la retraite, il resta membre du comité de la section communiste dans les années 1980.

Militant à la Ligue de l’enseignement, membre de son comité directeur départemental, Maurice Tropinat présida la fédération des œuvres laïques d’Eure-et-Loir de 1976 au début des années 1990. Animateur de l’UFOLEA à partir de 1962, il organisa à Nogent-le-Rotrou des stages nationaux de théâtre. Militant du comité départemental d’action laïque à partir de 1968, il était aussi membre de la Ligue des droits de l’Homme.

Au début des années 1970, Maurice Tropinat, après avoir été nommé PEGC de sciences et de mathématiques, puis capésien (mathématiques), devint directeur-adjoint du collège d’enseignement secondaire de Nogent-le-Rotrou qu’il dirigea à la fin des années 1970.

Maurice Tropinat collaborait à la revue Cahiers percherons, géré par l’association des Amis du Perche dont il était le trésorier, publiant divers articles sur la région et ses coutumes. Il était aussi administrateur de l’Office du tourisme. Il édita, avec son épouse Renée Tropinat, devenue PEGC, une brochure Notes sur le costume percheron et danses percheronnes et termina en 1997 un ouvrage Trésor des conteurs percherons. Ayant travaillé avec Jean Vilar, passionné de théâtre, il fut le maître d’œuvre de spectacles dans le cadre de l’Amicale laïque et de l’association “Les Percherons“. Lors du bicentenaire de la Révolution française, il organisa une grande fête en juillet 1989. Lors du cinquantenaire des “Amis du Perche“, il écrivit en 1997 un spectacle « Rotrou III ou le temps des chevaliers » qu’il mit en scène dans la cour du château Saint-Jean à Nogent-le-Rotrou.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article179484, notice TROPINAT Maurice, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 mars 2016, dernière modification le 23 mars 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Mun. Nogent-le-Rotrou (Stéphane Cortot). — Archives du comité national du PCF. — Divers sites Internet. — Notes de Josette Ueberschlag.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément