LAROCHE Richard, Camille

Par Didier Bigorgne

Né le 20 octobre 1857 à Dom-le-Mesnil (Ardennes), mort le 3 juin 1932 à Vivier-au-Court (Ardennes) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste et militant socialiste (FTSF, puis POSR) ; maire de Vivier-au- Court (1892-1900).

Fils d’ Antoine Laroche et de Jeanne-Marie Boisseau, Camille Laroche exerçait le métier de mouleur quand il épousa Marie Pernelet, sans profession, en 1883. Le couple, qui habitait à Vivier-au-Court, eut deux fils.

Camillle Laroche était membre de la chambre syndicale de la métallurgie de Vivier-au-Court affiliée depuis 1887 à la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes et à la FTSF. Il milita aussi au cercle d’études sociales L’Eclaireur de Vivier-au-Court fondé en 1889.

Aux élections municipales de mai 1888, Camille Laroche fut élu sur la liste d’Union du comité républicain et des chambres syndicales à Vivier-au-Court. A la suite de la décision votée par la majorité du conseil municipal d’acheter l’usine Cannepin pour y construire une nouvelle école, il démissionna avec les six autres élus socialistes. Il se représenta à l’élection complémentaire du 8 mars 1891 et fut réélu en obtenant 240 voix sur 407 inscrits et 332 votants. Au scrutin de mai 1892, il fut candidat sur la liste du POSR qui remporta quinze sièges sur seize : réélu, il devint maire de Vivier-au-Court. Il le demeura jusqu’au 6 mai 1900. Il céda le poste de maire à son premier adjoint Louis Rémy ; il siégea alors comme conseiller municipal jusqu’en 1904.

Le petit-fils de Camille Laroche, André Camille Laroche*, ouvrier mécanicien à Sedan et militant des Jeunesses communistes, combattit dans les Brigades internationales pendant la guerre civile en Espagne.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article178397, notice LAROCHE Richard, Camille par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 4 février 2016, dernière modification le 4 février 2016.

Par Didier Bigorgne

Sources : Arch. Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes (médiathèque de Charleville-Mézières).— L’Emancipation, 1888 à 1891.— L’Emancipateur, 8 au 15 mai 1892.— Presse locale.— Etat civil de Vivier-au-Court.

Version imprimable Signaler un complément