KALMAN Robert, Henri

Par Daniel Grason

Né le 14 février 1923 à Paris (XIVe arr.), mort de ses blessures le 26 août 1944 à Paris (XIIe arr.) ; F.F.I.

Fils naturel de Gabrielle Laurent, Robert Kalman fut reconnu par Aizik Kalman en février 1928 et légitimé par le mariage de ses parents le 14 mars 1935 à Paris (XIIe arr.). Célibataire, il vivait 12, passage du Génie à Paris (XIIe arr.), il participa aux combats de la Libération. Le 25 août 1944 il tirait d’un immeuble de la place de la République sur des soldats allemands lorsqu’il fut touché d’une balle au thorax. Hospitalisé à l’hôpital Saint-Antoine (XIIe arr.), il y mourut de ses blessures le lendemain.
Sa mère reconnut le corps, elle déclara à un inspecteur du commissariat des Quinze-Vingts qui enquêta que son fils était membre de l’organisation de Résistance Honneur de la police, groupement d’obédience gaulliste, et qu’il combattait sous les ordres du responsable du poste Sainte-Marguerite.
Son inhumation eut lieu dans la 102e division du cimetière parisien de Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine), Robert Kalman fut décoré de la Médaille Militaire et de la Croix-de-Guerre à titre posthume. Le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre lui attribua la mention « Mort pour la France », il fut homologué adjudant. Une plaque apposée 8, place de la République (Xe arr.) honore sa mémoire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article177003, notice KALMAN Robert, Henri par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 février 2016, dernière modification le 9 novembre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 1801, BA 1819. – SHD, Caen AC 21 P 60271. – Bureau Résistance : GR 16 P 316193. – Site internet Mémoire des Hommes. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément