BOUTAVANT Daniel, Francis

Par Jacques Girault

Né le 16 août 1934 à Cuiseaux (Saône-et-Loire) ; instituteur ; militant communiste de Saône-et-Loire.

Fils d’instituteurs communistes (voir Rémy Boutavant*), Daniel Boutavant, éclaireur de France (1945-1946), membre de d’Union de la jeunesse républicaine de France (1946), adhéra au Parti communiste français en 1952. Élève du lycée de Chalon-sur-Saône, il entra à l’École normale d’instituteurs de Macon, obtint le baccalauréat (philosophie) et y fut le délégué du Syndicat national des instituteurs en 1954. Nommé instituteur à La Motte-Saint-Jean en 1955, membre des Francs et franches camarades, moniteur de colonies de vacances, il suivit le stage réservé aux instituteurs communistes (11-29 septembre 1955). L’appréciation indiquait « homme de masse, jovial, entraîneur ».
Après dix mois de service militaire à Dijon, Boutavant fut envoyé en Algérie en 1960-1961. Pendant ces dix-huit mois, en raison de ses actions contre la guerre, il fut affecté en isolement comme faisant fonction d’instituteur à Salah Bey (Constantinois).
Par la suite, Boutavant obtint une licence d’Anglais à la Faculté des Lettres de Dijon. Professeur d’enseignement général au collège de Sanvignes à partir de 1965, il devint directeur du Collège d’enseignement général des Gautherets à Saint-Vallier en 1968, puis sous-directeur de collège d’enseignement secondaire Copernic dans cette commune. Par la suite, en 1982, il devint principal du collège de Cuiseaux et en 1986 principal du collège des Épontots à Montcenis. Il y prit sa retraite en 1994.
Conseiller municipal (1971-1983), maire-adjoint de Saint-Vallier, Boutavant devint vice-président de la communauté urbaine du Creusot (responsable de l’éducation et des affaires culturelles). Lors des débuts de l’Écomusée du Creusot, il introduisit notamment son directeur auprès de Jacques Chambaz, responsable des questions culturelles au Bureau politique du PCF. Il prit part au mouvement des « refondateurs » à la fin des années 1990 et signa le deuxième manifeste. Il fut candidat aux élections européennes en juin 2004, en dernière position sur la liste « L’Europe, oui. Mais pas celle-là », présentée par le PCF dans la région Est avec la mention « militant altermondialiste ».
Membre de la Ligue des droits de l’Homme, de la Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie, de l’Association républicaine des anciens combattants, Boutavant, retraité, faisait toujours partie du syndicat national des personnels de direction des enseignements de second degré et de la Fédération générale des retraités. Il était co-président national de France-Amérique latine, administrateur de l’Écomusée du Creusot et coordonnateur du groupe ATTAC du Creusot-Morvan 71.
Boutavant avait épousé un professeur de collège en décembre 1955 à Bissy-sur-Fley (Saône-et-Loire). Ils avaient une fille Anne, militante en 2004 de « Femmes solidaires ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17659, notice BOUTAVANT Daniel, Francis par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

Version imprimable Signaler un complément