ROUSTAN Lazare, François

Par Jacques Girault

Né le 26 juillet 1878 à Toulon (Var), mort le 18 mai 1951 à Toulon ; receveur municipal ; maire socialiste SFIO d’Aups (Var), 1947-1951 ; conseiller général du canton d’Aups (1945-1951).

Fils d’un ouvrier de l’Arsenal maritime de Toulon aux idées avancées qui habitait le quartier du Pont-du-Las, Lazare Roustan, après avoir obtenu le certificat d’études primaires, commença un apprentissage d’ouvrier chaudronnier dans une entreprise de la ville. Engagé dans l’Infanterie coloniale, il fut accidenté et réformé. Il entra alors comme commis à la Trésorerie générale du Var et gravit tous les échelons jusqu’à chef de service. Secrétaire du syndicat des agents du Trésor, il adhéra au Parti socialiste SFIO et fut initié à la Franc-Maçonnerie (Grand Orient de France).

Lazare Roustan se maria en octobre 1903 à Toulon. Le couple eut un garçon qui ne reçut pas de sacrements religieux.

En 1920, à la suite de malversations dans la gestion municipale d’Hyères (Var), désigné pour remplacer le receveur municipal décédé, Lazare Roustan fut confirmé dans cette fonction. Secrétaire (1920), vénérable (1926-1939) de la loge "Le Réveil des îles d’or" (Grand Orient de France) qu’il avait contribué à créer, 18e, il fit partie du conseil de l’Ordre national. Socialiste, il refusa de choisir lors de la scission de 1933. A la retraite depuis 1935, candidat comme "indépendant de gauche" sur la liste de "Rassemblement populaire et de redressement financier" aux élections municipales, il obtint, le 19 septembre 1937, 1 715 voix sur 4 834 inscrits. Elu au deuxième tour, avec 1 940 voix, il devint adjoint aux finances et adhéra à la section socialiste SFIO. Le conseil municipal fut dissous le 19 février 1941. Roustan habitait Toulon depuis 1938 aux côtés de son fils.

Lazare Roustan fut un des animateurs de la résistance dans la Franc-Maçonnerie et participa à la reconstitution du Parti socialiste SFIO clandestin. Au printemps 1944, replié à Aups où il possédait une maison, il entretint des liens avec les résistants socialistes. Revenu à Toulon, membre du Comité local de Libération, au titre du Parti socialiste SFIO, il remplaça Charles Sandro dans la délégation spéciale de Toulon mise en place par le Préfet, le 7 septembre 1944. Il présida l’office d’HBM, fut administrateur de la Caisse d’Epargne et de l’asile Barthelon. Candidat aux élections municipales, le 29 avril 1945, sur la liste socialiste SFIO, il obtint 10 212 voix sur 60 365 inscrits. Pour le deuxième tour, le 13 mai, une "liste d’Union patriotique républicaine antifasciste" se constitua avec Roustan qui fut élu, avec 31 431 voix. Délégué à l’état-civil, il participa à la commission des finances (selon la notice nécrologique, il aurait été l’adjoint aux finances, ce qui n’est pas conforme aux données des archives). A la fin du mandat, il ne se représenta pas. En effet, propriétaire à Aups, il fut élu conseiller municipal, puis maire en octobre 1947, battant le maire sortant communiste.

Lazare Roustan, en effet, était devenu conseiller général socialiste SFIO du canton, le 23 septembre 1945. Membre des commissions des finances, de l’hydraulique, des affaires économiques, du ravitaillement, de la protection des sites, il représentait le conseil à la commission interdépartementale de l’hydraulique.

Veuf en 1940, Roustan se remaria en juin 1946 à Toulon et fut inhumé dans le rite maçonnique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article175826, notice ROUSTAN Lazare, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 6 octobre 2015, dernière modification le 6 octobre 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 7 35 2, 18 M 93, 3 Z 2 17. — Arch. privées : Julien Sauli. — Arch. Jean Charlot (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle, Université de Paris I). — Presse locale. — Sources orales. — Renseignements fournis par le fils de l’intéressé. — Notes de Jean-Marie Guillon.

Version imprimable Signaler un complément