FROUIN Louis, Marie, Jean, Paul

Par David Aguilar, Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin

Né le 1er janvier 1912 à Champ-sur-Layon (Maine-et-Loire), mort en action le 14 juillet 1944 à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire) ; transporteur ; résistant de Libération-Nord.

Fils de Louis Frouin et de Marie Durand, cultivateurs, Louis Frouin s’était marié le 29 avril 1940 à Bourgueil (Indre-et-Loire) avec Hélène Couineau. Il avait un frère, Maurice, né en 1913. Louis et Maurice étaient domiciliés à Savennières.
Selon le témoignage de madame Christiane Chartier, née Frouin, fille de Maurice, « Maurice et son frère Louis s’entendaient comme deux jumeaux. Pendant la guerre, ils sont partis travailler à la laiterie Maggi, à La Possonnière. Ils étaient ramasseurs de lait. Au début de l’année 1941, ils se sont associés et ont acheté deux véhicules Studbaker et Hotchkiss, pour effectuer des transports dans toute la France. »
En 1942, ils rejoignirent le mouvement de résistance Libération-Nord. Ils utilisaient leurs véhicules pour transporter des armes dans des bidons de lait.
En juillet 1944, ils tombèrent dans un guet-apens par Jacques Vasseur, un gestapiste français au service de la Sipo-SD, la police allemande. Il avait déjà contribué à l’anéantissement du maquis de Saffré en Loire-Inférieure. Il contacta les résistants en se faisant passer pour un rescapé de ce maquis, et leur proposa de les conduire récupérer des armes à Saint-Barthélemy-d’Anjou, dans la banlieue d’Angers.
Le 14 juillet 1944, en moto avec un autre gestapiste, il guida un camion conduit par Maurice Frouin dans lequel avaient pris place son frère et deux autres résistants, Michel Fourcade et Raymond Delouche. Aussitôt arrivés à la ferme des Ecoublères, les quatre résistants furent abattus.
Louis Frouin a été déclaré Mort pour la France, DIR, et homologué adjudant des FFI. Le 23 juin 1950, Louis et Maurice Frouin ont été décorés de la Médaille militaire à titre posthume pour faits exceptionnels de guerre et de résistance.
Leurs noms figurent sur le monument des Fusillés à Angers et à Savennières, sur le monument commémoratif 1939-1945. Une rue d’Angers et une rue de Savennières portent leurs noms.
Le gestapiste Jacques Vasseur, condamné à mort à deux reprises, vit sa peine commuée et fut libéré le 15 octobre 1983. Marié avec une Allemande, il vécut à Heidelberg jusqu’à sa mort le 7 février 2009.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article175756, notice FROUIN Louis, Marie, Jean, Paul par David Aguilar, Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin, version mise en ligne le 1er octobre 2015, dernière modification le 18 septembre 2019.

Par David Aguilar, Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin

SOURCES : SHD-AVCC Caen, AC 21 P 187979 et Vincennes GR 16 P 236426 (à consulter). —Notes de Jean-Pierre Besse. — Sites MémorialGenWeb et Mémoire des Hommes, qui indiquent, par erreur semble-t-il, le 15 juillet comme date de décès. —État civil. — Interview de madame Christiane Chartier, née Frouin, le 2 septembre 2014, par Benoît ROBERT dans le quotidien Ouest-France.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément