BOULANGER Lucien, Jules, Ildefonse

Par Jacques Girault, Jean Maitron, Léon Strauss

Né le 4 février 1877 à Etreaupont (Aisne), mort le 22 décembre 1963 à Eaubonne (Seine-et-Oise) ; instituteur ; dirigeant de la section du Bas-Rhin du Syndicat national des instituteurs, dirigeant national du SNI.

Fils d’instituteurs, Lucien Boulanger, directeur d’école à Mulhouse (Bas-Rhin), secrétaire de la section du Haut-Rhin du Syndicat national-CGT, prit très souvent la parole entre 1924 et 1926 dans des manifestations pour l’introduction des lois laïques dans les départements d’Alsace-Moselle. Il intervint sur le même sujet au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme à Metz en décembre 1926. Cette même année, il devint également rédacteur en chef d’un nouvel hebdomadaire socialiste de langue française Le Réveil alsacien qui parut durant quelques mois à Mulhouse.

A la veille du congrès de Nîmes du SN-CGT en août 1930, Lucien Boulanger prit sa retraite anticipée. Il s’installa en région parisienne à Eaubonne et se mit à la disposition du SN dont il était le secrétaire de la commission pédagogique depuis 1927. Quand le SN créa la Société Universitaire d’Éditions de Librairie, il en fut le premier gérant, le 30 décembre 1932. Boulanger, à la veille de sa retraite administrative et syndicaliste, présida avec Thomas et Levasseur la dernière séance du congrès du SNI le 5 août 1937. André Delmas, dans son discours de clôture, rendit hommage à l’ancien secrétaire-adjoint du SNI et au gérant de SUDEL.

Après la guerre, Lucien Boulanger, membre du bureau national du SNI, en tant que secrétaire de la section de Paris des retraités de l’enseignement, intervenait régulièrement pour obtenir la revalorisation et la péréquation des retraites des enseignants. A la fin de 1945, il déposa le titre d’un futur journal, Le Courrier du Retraité. Secrétaire général de la Fédération des retraités, il en était le président en 1952 et membre du bureau interfédéral de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires. Il continuait à publier des articles corporatifs et administratifs dans L’École libératrice.

Selon la police, en 1952, il sympathisait avec les « doctrines du Parti communiste français ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17478, notice BOULANGER Lucien, Jules, Ildefonse par Jacques Girault, Jean Maitron, Léon Strauss, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 11 novembre 2015.

Par Jacques Girault, Jean Maitron, Léon Strauss

SOURCES : Arch. Nat., F1a 4735. — Arch. Dép. Bas-Rhin, AL98, paquets 639 et 661. ¬— APPO, 77 W 111 (transmis par Gilles Morin). — Presse syndicale. — DBMOF, t. 20 (notice rédigée par J. Maitron et L. Strauss).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément