SÉNÈS Gilbert, Antoine, André

Par Gilles Morin

Né le 14 août 1915 à Aumelas (Hérault), mort le 23 juin 1996 à Montpellier (Hérault) ; inspecteur de la Mutualité agricole, secrétaire général de l’Union fédérale de la Mutualité, de la coopération et du crédit agricole du Midi, agriculteur ; militant socialiste de l’Hérault ; conseiller général de Gignac (1964-1982) ; maire de Gignac (1965-1989) ; député (1967-1968, puis 1973-1986) ; membre de la commission exécutive fédérale de la SFIO puis du Parti socialiste (1979-1985)

Fils de Georges Sénès, viticulteur propriétaire, et de Henriette, Louise Roger, son épouse, Gilbert Sénès suivit les cours de l’école publique, de l’école primaire supérieure, puis du lycée de Montpellier. Il obtint le baccalauréat et suivit les cours de deux années de Droit.

Militant socialiste à partir de 1934, il fit deux années de service militaire, puis la campagne de 1939-1940. Il commença à travailler à la Mutualité agricole en 1939. Il y gravit les échelons, fut Inspecteur de la Mutualité agricole en 1958, secrétaire général de l’Union fédérale de la Mutualité, puis de la coopération et du crédit agricole du Midi en 1967. Spécialiste des questions viticoles, il cumula de nombreuses fonctions dans le monde paysan. Il fut désigné secrétaire général de l’Union fédérale de la mutualité et de la coopération agricole du Midi de 1950 à 1972. À cette date, il devint directeur général de la Société d’édition de l’hebdomadaire Le Paysan du Midi. Il fut ensuite secrétaire général de la fédération méridionale des VDQS, vice-président du syndicat des coteaux du Languedoc et président fondateur de la Foire internationale de la vigne et du vin de Montpellier à partir de 1952, vice-président en 1967. En 1951, il devint par ailleurs président de l’Office public d’HLM de l’Hérault et conservait ce poste en 1967.

Candidat, non élu aux cantonales de 1958 à Gignac et aux élections municipales de l’année suivante, Gilbert Sénes l’emporta au scrutin suivant en 1964 et devint conseiller général SFIO, en battant une personnalité de stature nationale, Vincent Badie, ancien ministre radical sortant. En fin de mandat en 1982, il était président de la commission des Affaires sociales du Conseil général. Il fut encore candidat sans succès aux municipales de 1967. Dans la foulée de ce premier succès, Sénes a été élu maire de Gignac en 1965 et conserva ce mandat jusqu’en 1989.
Sénes fut élu député le 12 mars 1967, gagnant le siège, contre l’ancien ministre MRP sortant, Paul Coste-Floret en bénéficiant du désistement communiste. Battu par la vague gaulliste aux élections législatives de 1968, il prit sa revanche en mars 1973 dans la 3e circonscription de Montpellier et fut réélu en 1978 et 1981. En 1981, il appartenait à la commission de la production et des échanges et à la commission spéciale chargée de vérifier et d’apurer les comptes de l’Assemblée nationale. Il était encore membre du bureau du groupe socialiste, secrétaire général de la délégation parlementaire aux assemblées du conseil de l’Europe et de l’Union de l’Europe en 1981. Il présida les comités régional et départemental d’expansion économique, ainsi que l’Office départemental des HLM de l’Hérault et le comité de la Foire de la vigne et du vin de Montpellier.

Conseiller régional du Languedoc-Roussillon en 1974-1986, président de la commission des Affaires sociales du Conseil régional en 1985, il présidait le comité d’expansion économique régional de Languedoc-Roussillon-Cévennes (à partir de 1973). Président du comité d’expansion de L‘Hérault.

Sur le plan de la vie politique nationale ou locale, Sénes a été membre de la commission administrative de la fédération socialiste SFIO de l’Hérault, vice-président du bureau départemental de la FGDS en 1966, il fut signataire de la motion Mitterrand pour le congrès de Grenoble en 1973. Sénes dirigeait le journal Le Paysan du Midi. En septembre 1979, il fut des six personnalités socialistes inculpées pour avoir participé à une émission de la radio-Libre, Radio-Riposte. Il était membre de la commission exécutive fédérale du Parti socialiste en 1981-1985.

A une date indéterminée, il participa à un club de cyclotourisme.

Il décéda le 23 juin 1996 à Montpellier.

Il avait épousé le 15 octobre 1938 à Montpellier, Simone Borne, née le 25 février 1914 à Aniane (Hérault). Ils eurent 4 enfants. Son gendre, Gilbert Vignau, fut adjoint de Georges Frèche* à Montpellier.

Il était Chevalier de la Légion d’Honneur.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article174641, notice SÉNÈS Gilbert, Antoine, André par Gilles Morin, version mise en ligne le 20 juillet 2015, dernière modification le 6 juin 2017.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/553, 737 ; 19770359/19 et 24 ; 19830172/72 ; 19890523/14. — Archives de l’OURS, dossiers Hérault. — Arch. FJJ/6EF73/2. — Pierre Bosc, Les Notables en question, Les presses du Languedoc, 1977. — Le Poing et la Rose, n° 15, mai 1973.

Version imprimable Signaler un complément