CADEL Michel-Jean

Par Gilles Pichavant

Né vers 1817 ; menuisier ; membre du « Comité central républicain de Solidarité » du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), en 1871.

En 1871, Michel-Jean Cadel avait 54 ans. Il était menuisier au Havre et y habitait au 58 Grande rue. Il fut l’un des principaux membres du club socialiste de la rue Bernardin-de Saint-Pierre au Havre, qui se transforma en « Comité central républicain de Solidarité » en mars 1871, et dont le président était Albert Detré. La police dit de lui qu’il était « un homme d’action faisant de la propagande », qu’il était « ambitieux », et « chaud partisan Communiste » (c’est à dire de la Commune de Paris), et que c’était « un homme à surveiller ».

Ce comité présenta une liste aux élections municipales de 1871 au Havre, et obtint une moyenne de 2200 voix, soit environ 22%, ce qui dépassa toutes les espérances de ses promoteurs et inquiéta fortement les autorités. Michel-Jean Cadel fut candidat en 29e position sur cette liste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article173572, notice CADEL Michel-Jean par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 3 juin 2015, dernière modification le 11 janvier 2019.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Maritime, dossier sur l’enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, cote 2U 2704. — Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, tome 1, imprimerie Édip, 1984 (note 205, p 115).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément