BOSCUS Robert, Adrien

Par Jacques Girault

Né 7 août 1934 à Paris (XVIIIe arr.). ; instituteur ; militant syndicaliste et communiste de Decazeville (Tarn).

Son père, fils d’un pauvre cultivateur aveyronnais d’idées radicales-socialistes, travaillait à Paris comme garçon de café. Marié à une aveyronnaise, au chômage, il entra dans les gardes mobiles au début des années 1930, puis dans la gendarmerie. Il était « laïc de gauche sans opinion plus définie » selon la biographie rédigée pour le Parti communiste français en 1962, par Robert Boscus qui naquit le 7 août 1934 à Paris (XVIIIeme). Son père en poste à Nancy (Meurthe-et-Moselle) dut se replier avec sa famille à Aiguillon (Lor-et-Garonne) puis à Martel (Lot). Il avait rejoint le groupe de résistants lotois animé par le colonel Veny en 1944 puis réintégra la brigade de Martel en 1945.
Boscus, élève du cours complémentaire de Martel, entra à l’École normale d’instituteurs de Rodez en 1951. Porte-parole de sa promotion, il en sortit en 1955. Nommé instituteur à l’école de Fontvergnes, dans le quartier ouvrier de Decazeville, il y resta trente-trois ans et en devint le directeur. Il adhéra au Syndicat national des instituteurs, se contentant de militer à la base. Il se maria en août 1956 à Decazeville (Aveyron) avec Simone Andrieu, sympathisante communiste, fille d’un mineur communiste. Ils eurent cinq enfants.
Boscus effectua son service militaire (1960-janvier 1962) à Castres puis à Rodez, dans un régiment d’artillerie de Marine comme 1re classe- secrétaire.
Boscus adhéra au Parti communiste en janvier 1962 et devint peu après le responsable du comité antifasciste de la région de Decazeville en pleine lutte contre l’OAS. Il devint secrétaire adjoint puis secrétaire de sa cellule Fontvergnes et membre du bureau de la section de Decazeville. Il suivit le stage central pour les instituteurs communistes (22 août-8 septembre 1962) à Nanterre (Seine). Membre de la direction communiste locale, il avait soutenu les mineurs dans leur grève à partir de la fin 1961. Il dirigea avec un communiste de l’Hérault une école interfédérale à Sète, en août 1963 et devint secrétaire de la section communiste en 1964.
Boscus, membre du comité de la fédération communiste de l’Aveyron en 1962, entra au bureau fédéral en 1966 et y demeura jusqu’en 1976. Redevenu membre du comité fédéral en 1976, il ne fut pas réélu lors de la conférence fédérale de 1982 pour « non-participation aux réunions ». En fait, son mandat municipal l’accaparait et il devait se ménager pour des raisons de santé.
Boscus prit une part active dans la préparation des élections municipales de Decazeville en 1977.Les socialistes qui géraient la ville depuis un demi-siècle refusèrent de former une liste commune et furent battus par la liste à majorité communiste conduite par le docteur Delpech. Boscus, adjoint au maire jusqu’en 1995, chargé des écoles et de la culture, membre des conseils d’administration du collège et des lycées, ne sollicita pas de nouveau mandat pour raisons de santé.
Toutefois, avec les autres conseillers municipaux, Boscus avait quitté le Parti communiste en 1987 en raison de désaccords multiples locaux et nationaux. Son épouse, membre du PCF depuis 1962, en restait membre.
Boscus fut aussi secrétaire du comité local de la Fédération des conseils de parents d’élèves et de la section locale de la Ligue des droits de l’homme au début des années 1970.
Demeure lecteur de la presse communiste, se rendant assez régulièrement à la fête de l’Humanité, Boscus appela publiquement avec d’anciens responsables communistes à voter pour Robert Hue, candidat communiste à l’élection présidentielle de 2002.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17334, notice BOSCUS Robert, Adrien par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives Parti communiste français. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément