BOS Jean-Marie, Yves, Édouard, Léon

Par Jacques Girault

Né le 19 mai 1935 à Saint-Santin (Aveyron) ; syndicaliste de l’enseignement dans l’Aveyron.

FIls d’un gendarme de Rodez (Aveyron), Jean-Marie Bos, entré à l’École normale d’instituteurs de Rodez en 1952, appartenait au groupe de la Paroisse universitaire. Instituteur à Aubin (Aveyron), membre du Parti communiste français depuis 1962, il était secrétaire de la section communiste locale.
Membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1956, Bos devint membre du bureau de la section départementale du SNI en 1967 et le demeura jusqu’en 1971 au titre de la tendance "Unité et action". Militant de la Fédération des œuvres laïques, secrétaire départemental de l’œuvre des pupilles de l’école publique, il présidait l’association sportive de Saint-Laurent et le conseil locale de l’association de parents d’élèves.
Secrétaire de la section communiste de Séverac, Bos devint membre du comité de la fédération communiste en 1969. Il siégeait au bureau fédéral avant de revenir au comité fédéral où il ne fut pas réélu en 1979.
Devenu directeur de l’Institut médico-pédagogique de Saint-Laurent d’Olt, géré par les Pupilles de l’enseignement public de l’Aveyron en 1965, premier établissement non confessionnel du département, Bos en 1979, effectua un stage de six mois au CNEPA à Suresnes. Il militait aussi dans l’Association nationale des communautés éducatives, à la FEHAP. Président des Parents d’élèves de l’école publique, il obtint de la mairie la création de la caisse des écoles. En 1967, il créait l’Association sportive locale (football, pétanque, quilles, basket-ball, gymnastique féminine, tennis).
Candidat communiste aux élections cantonales en 1973 et 1979, en 1977, Bos fut élu maire de la commune. La municipalité créa un terrain de sport (football, tennis), un corps de sapeurs-pompiers dont la caserne en 2004 portait le nom de Jean-Marie Bos, une bibliothèque.
Bos se maria à Yolande Duarte, infirmière syndiquée à la CGT, fille d’un maçon, dont il eut trois enfants, puis se remaria avec Madeleine, Agnès Pascal, institutrice, dont il eut deux fils.
Au milieu des années 1980, victime d’une grave hémiplégie, Bos cessa ses activités.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17327, notice BOS Jean-Marie, Yves, Édouard, Léon par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 5 août 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Presse locale. — Renseignements fournis par le maire de Saint-Laurent d’Olt (R. Wildemann). — Sources orales.

Version imprimable Signaler un complément