SERRE Robert, Camille

Par Jacques Girault

Né le 18 mai 1940 à Valence (Drôme) ; instituteur dans la Drôme ; militant syndicaliste ; militant communiste, adjoint au maire de Grâne ; auteur d’études historiques.

Robert Serre en 1982
Robert Serre en 1982

Fils d’un employé à la SNCF, de religion protestante, sympathisant communiste et membre de la CGT, Robert Serre, élève du lycée Émile Loubet à Valence, entra à l’École normale d’instituteurs de Valence en stage en 1958. Instituteur à Pennes-le-Sec (1959), à Omblèze (1959-1960), à Gumiane en 1960, il partit au service militaire en 1960 et participa à la guerre d’Algérie jusqu’en 1962. Il retrouva son métier, enseigna à Villeperdrix (1963-1965), à Séderon (1965-1970), puis à Grâne dont il dirigea l’école jusqu’à sa retraite en 1995.

Robert Serre se maria en avril 1965 aux Pilles (Drôme) avec une institutrice. Le couple eut deux enfants.

Serre adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1958. Il devint membre du bureau de la section départementale du SNI-PEGC en 1968 et de son secrétariat de 1970 à 1977. Il cessa ces responsabilités en raison de son mandat politique.

Robert Serre, membre du Parti communiste français de 1975 à 1988, secrétaire à l’organisation de la section communiste de Crest, conduisait une liste aux élections municipales de Grâne en 1977 qui obtint six élus contre sept à celle du maire sortant. Il fut élu conseiller municipal et adjoint au maire. Réélu en 1983 et en 1989, il démissionna du conseil municipal en 1992 « essentiellement pour raison de santé ». Il fut candidat aux élections cantonales en 1976 (24 % des suffrages exprimés et désistement pour le candidat socialiste) et en 1982.

En désaccord politique, Serre quitta le PCF vers 1988.

Serre participa à la création à Grâne d’un club de rugby en 1972 et lança une école de rugby qu’il dirigea pendant douze ans. Membre depuis 1984 de l’association d’historiens créée par Roger Pierre et animée par Jean Sauvageon, il participa à la publication d’une vingtaine d’ouvrages historiques portant essentiellement sur les Drômois pendant la Révolution et sous Napoléon, pendant l’insurrection de 1851 et la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. S’y ajoutèrent des monographies locales sur Grâne. Il collabora au Dictionnaire Maitron des fusillés et exécutés.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article173065, notice SERRE Robert, Camille par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 mai 2015, dernière modification le 23 octobre 2019.

Par Jacques Girault

Robert Serre en 1982
Robert Serre en 1982
Robert Serre en 2007
Robert Serre en 2007
Robert Serre en 2009
Robert Serre en 2009

ŒUVRES : Parmi les neuf références au fichier de la BNF, retenons deux ouvrages publiés aux éditions Peuple libre-Notre temps à Valence : 1851, Dix mille Drômois se révoltent : l’insurrection pour la République démocratique et sociale, 2003. — De la Drôme aux camps de la mort : les déportés politiques, résistants, otages, juifs, nés, résidants ou arrêtés dans la Drôme 1940-1945, 2006.
Grâne, histoire d’un village du val de Drôme, autoédition,
* Des origines à 1900, tome I, 256 pages, 1992.
* Le XIXe siècle, tome II, 256 pages, 1993.
* 1900-1950, un village entre guerre et paix, tome III, 256 pages, 2013.
Les insurgés de Crest, Crest au cœur de la révolte, de la répression et du souvenir, éd. Histoire et patrimoine drômois, 32 pages, 1991.
Et ils emmanchèrent les faux à l’envers, quelques épisodes de l’insurrection de 1851 autour de Crest, 48 pages, éd. Les Amis du Vieux Crest, déc. 1991.
1851 : dix mille Drômois se révoltent, l’insurrection pour la République démocratique et sociale, 400 pages, éd. Peuple Libre / Notre Temps, novembre 2003.

De la Drôme aux camps de la mort, les déportés politiques, résistants, otages, nés, résidant ou arrêtés dans la Drôme, 400 pages, éd. Peuple Libre / Notre Temps, avril 2006.
Ouvrages collectifs :
Roger PIERRE, Jean-Pierre BERNARD, Claude MAGNAN, Jean SAUVAGEON, Claude SEYVE, Michel SEYVE, Robert SERRE :
240 000 Drômois, la fin de l’Ancien Régime, les débuts de la Révolution, 307 pages, éd. Notre Temps, 1986.
240 000 Drômois aux quatre vents de la Révolution, 312 pages, éd. Notre Temps, 1989.
240 000 Drômois de Robespierre à Bonaparte, 304 pages, éd. Notre Temps, 1996.
Les Drômois sous Napoléon, 400 pages, éd. Notre Temps, décembre 1999.
Je suis mouton comme les autres, 1914-1918, lettres, carnets et mémoires de poilus drômois et de leurs familles, 504 pages, éd. Peuple Libre et Notre Temps, octobre 2002.
Vincent GIRAUDIER, Hervé MAURAN, Jean SAUVAGEON, Robert SERRE :
Des indésirables, les camps d’internement et de travail dans l’Ardèche et la Drôme durant la Seconde Guerre mondiale, 480 pages, éd. Peuple Libre et Notre Temps, 1999. « L’accueil et l’hébergement des réfugiés espagnols dans le Diois et la vallée de la Drôme en 1939 », « Le 352e Groupe de Travailleurs Étrangers de Crest »

Claude HUOT, Robert SERRE, La tour de Crest, forteresse et prison, septembre 2005, 72 pages.

Dévédérom : La Résistance dans la Drôme, le Vercors, collectif AERD, mai 2007.
Pierre BALLIOT, Alain COUSTAURY, Jean SAUVGEON, Claude SEYVE, Michel SEYVE, Robert SERRE, Site Internet, museedelaresistanceenligne.org (Musée en ligne, La Résistance en Drôme/Vercors), 2011.
« Crest en 1900 », in Mémoire du Crestois, Imprimerie du Crestois, juillet 2013

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé. — Notes de Jean Sauvageon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément