UNGERER Jacques, Alfred

Par Léon Strauss

Né le 10 octobre 1927 à Strasbourg (Bas-Rhin), mort le 31 janvier 2018 à Strasbourg ; professeur d’histoire et de géographie dans le Bas-Rhin ; syndicaliste SNES et FEN, puis, depuis 1992, SE-FEN et UNSA : secrétaire académique du SNES de l’académie de Strasbourg (1965-1988), secrétaire départemental de la FEN du Bas-Rhin (1964-1988).

Jacques Ungerer était le fils d’un petit industriel (horlogerie). Il fut élève du Gymnase Protestant de Strasbourg de 1933 à 1939, puis en 1939-1940 du lycée de garçons de Saint-Dié (Vosges) à cause de l’évacuation de Strasbourg. Dans l’Alsace annexée, germanisée et nazifiée, il continua ses études en allemand au Jakob Sturm Gymnasium de Strasbourg de 1940 à 1944. Il retrouva l’enseignement français après la Libération et passa son baccalauréat en octobre 1945. Il fit des études d’histoire et de géographie à la Faculté des Lettres de Strasbourg et obtint la licence d’histoire en 1949 et le diplôme d’études supérieures en 1951. Après le service militaire, il fut surveillant (1953-1954), puis maître auxiliaire (1954-1955) au collège de Bouxwiller (Bas-Rhin). Professeur certifié en 1956, il enseigna successivement à Bruyères (Vosges), puis à Barr (Bas-Rhin). Reçu à l’agrégation d’histoire en 1958, il fut muté au lycée de garçons de Haguenau (Bas-Rhin), puis au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg (1959-1988).

Syndiqué au SNES dès 1953, Jacques Ungerer fut secrétaire de la section SNES du lycée de Haguenau, puis en 1959 secrétaire départemental du SNES, bientôt secrétaire administratif de la section académique. En 1965, lors de la fusion du SNES et du SNET, il fut élu secrétaire académique du nouveau SNES, mais Jules Longechal* porta alors encore sur ses épaules une grande partie des responsabilités et du travail. Secrétaire départemental adjoint de la FEN, il succéda à Longechal comme secrétaire départemental. Avant la grande manifestation du 13 mai 1968, il prit la parole place de l’Université au nom de la FEN. Plus tard, il y ajouta la fonction de délégué académique FEN. Il exerça ces responsabilités jusqu’à son départ à la retraite (1988). Il s’est toujours réclamé de la tendance « autonome », puis UID. Sur le plan national, il fut suppléant à la CA du SNES, au conseil national de la FEN et à la commission paritaire nationale des agrégés. Une fois retraité, il entra en 1990 au Conseil économique et social d’Alsace, au titre de la FEN, puis de l’UNSA. Il fut membre de la commission exécutive départementale du Bas-Rhin de la Fédération Générale des Retraités.

Il avait épousé en 1954 Arielle Seydoux, chercheuse en neurobiologie, directrice de recherche au CNRS jusqu’en 1999. Le couple eut quatre enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article171471, notice UNGERER Jacques, Alfred par Léon Strauss, version mise en ligne le 12 mars 2015, dernière modification le 5 février 2018.

Par Léon Strauss

SOURCES : Pierre Feuerstein, Printemps de révolte à Strasbourg. Mai-juin 1968, Strasbourg, 1968, p.33. — Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, fascicule n° 37, Strasbourg, 2001, p.3957. — Notes de Jacques Ungerer.

Version imprimable Signaler un complément