Born in 1919 in Ijebu-Ife and died in 1968 in Ibadan (Nigeria) ; Assistant Inspector ; teacher and school headmistress ; journalist ; activist for women’s rights ; founding member and leader of the Women Movement [sic] of Nigeria and founding member of the Federation of Nigerian Women’s Organisations and of the Council of Women’s Societies ; activist of the National Council of Nigeria and the Cameroons ; Action Group activist, AG women’s organiser, AG member of the Ibadan Southern District Council and AG Ijebu Eastern Council Advisor.

Née en 1919 à Ijebu-Ife, morte en 1968 à Ibadan ; Assistant Inspector of Price, enseignante et directrice d’école, journaliste, militante pour les droits des femmes : fondatrice et leader du Women Movement of Nigeria, membre fondateur de la Federation of Nigerian Women Organisations et du Council of Women’s Societies ; militante du National Council of Nigerian and the Cameroons puis militante de l’Action Group : women organiser, membre AG de l’Ibadan Southern District Council et conseillère AG pour l’Ijebu Eastern Council.

Voir aussi version française
Elizabeth Adeyemi was born in 1919 into the royal family of Ajaloorun, the king of Ijebu-Ife, in the South-West of Nigeria. She studied in Lagos first at the Saint Agnes Catholic Training College and then at the Yaba Higer College in order to become a teacher. In 1940, she married Alademerin Akija Adekogbe.
During the Second World War she worked as a civil servant, in the position of Assistant Inspector of Prices, in Lagos. In 1946, after two years in Kano she settled down in Ibadan, in the South-West of Nigeria. Her husband worked there as cacao seller for the Ibadan Corporative Progressive Market Union whereas she was the headmistress at the Saint James Primary School.
On the 13th December 1953, with a group of 14 educated women, she founded The Women Movement of Nigeria (WM), a women’s political party of which she was the leader. With the WM she worked on the removal of all political, economic and social discriminatory barriers against women, and on the promotion of the welfare of women in the community through cooperation between different women’s societies, coordinating their activities. Another goal of the movement was to train women to assume their responsibilities as citizens : to exercise the right to vote and the right to be represented and listened to legislative assemblies, both on a regional and a national level. These political aims were at the very heart of the movement : the social engagement to strengthen women’s education and to improve women’s living conditions was the first step towards creating a women’s political awareness. Mrs Adekogbe was convinced that women, who had been neglected in the past, had to start an onward march in order to bridge the gap between themselves and men in the political field. In this way, they could become independent of the major political parties, frequently not willing to listen to them.
To carry out these aims, Mrs Adekogbe founded three committees within the WM. The first was charged with social and educational responsibilities and it worked to explore equal opportunities for boys and girls in education ; one of the first tasks was to address the gender inequality in the government allocations of educational grants, annually granted to students on merit criteria. Moreover, observing the lack of secondary schools for girls which led large numbers of girls to drop out of education, she claimed the need to build more girls’ secondary schools. The 2nd Mars 1953, Mrs Adekogbe formed a women’s delegation, of which she was the spokesman, in order to bring these issues to the attention of the Ministry of Education. Even though this struggle seems to have produced little success, she was the first Nigerian woman to raise the question of inequality in education to the government.
The second committee was focused on the economy. It worked on the development of cooperatives, savings accounts and credit for women, as well as on the welfare of market women.
Finally, the third committee dealt with political questions, namely campaigning for female suffrage, thereby demanding a revision of the present Constitution. Two other prominent politicians were involved with Mrs Adekogbe in this fight : Mrs Ransome-Kuti and Mrs Ekpo. During their meetings, organized by Mrs Adekogbe, the three leaders decided to found a federal body gathering together all Nigerian women, empowering them to make their voices heard in the Nigerian federation. The first objectives of this body were adult suffrage, a better place for women in the revised Constitution and the education of women, in order to create a group of educated women able to full important roles on the national scene. This body was formed on the 31st July 1953 in Abeokuta, during a Nigerian women’s conference, and it was called the Federation of Nigerian Women’s Organisations (FNWO). In spite of this, after some disputes over her role in the Federation, Mrs Adkogbe decided to leave the Federation with her delegation of the WM. Consequently, she continued the struggle to obtain the universal adult suffrage and the revision of the Constitution in line with the program she had written down with Mrs Ransome-Kuti and Mrs Ekpo for the FNWO. She wrote articles and sent the resolutions, adopted inside the movement, to the regional government in order to make known to them the women’s standpoint in her organisation.
She was also interested in the international representation of Nigerian women and she affiliated her movement to the International Council of Women (IC), an organisation founded in 1988 in the United States to mobilise women of different countries, organised into National Councils. To achieve this, in 1954 she changed the name of the movement to the Nigerian Council of Women (NCW), following the criteria of the ICW. Mrs Adekogbe was the first Nigerian women to take part in an international conference of women held by the ICW, between the 8th and the 18th June 1954 in Helsinki.
When she came back from this Conference, the Action Group (AG), the political party that dominated the South-West of Nigeria, started to show interest in her becoming an organiser of the AG women’s wing. However, from the beginning of the 1950’s, Mrs Adekogbe was already an activist for the AG’s rival party, the National Council of Nigeria and the Cameroons (NCNC). In 1954, she had also participated in the party’s electoral campaign in the Western Region. From 1954, Adekogbe started to vehemently condemn the frequent AG attempts to undermine her own movement by affiliating it to the AG. A strong campaign against Mrs Adekogbe was led by the Nigerian Tribune, the party newspaper in which she wrote at the beginning of the 1950’s. At first her articles were no longer published and then the newspaper started publishing articles accusing her of putting personal gain ahead of the country’s interests. The AG campaign against the WM resulted in the prohibition of AG members becoming part of the Women’s Movement, after Mrs Adekogbe’s refusal to make the WM the official AG women’s wing.
However, in August 1954, she became AG women organiser. This could be explained by the fact that her husband was an employee of the Western Region where the AG held power, and he may have convinced her to accept the position. Her new role changed the nature of her movement : in 1958, during the third WM General Meeting, the movement left the political struggles to focus on social issues. Still keeping the position of AG women organiser, Adekogbe became a member of the Ibadan Southern District Council after the election of 1955. Due to subsequent greater time commitment, she had to stop teaching.
In 1957, Mrs Adekogbe, alongside Mrs Esan and Mrs Ogunlesi – leaders of Ibadan’s main associations – was the promoter of an umbrella organisation gathering together all the Ibadan women’s associations. This organisation was founded the 14th March 1957, and was named the Council of Women’s Societies (CWS). As CWS’s delegate, Mrs Adekogbe took part in the ICW conferences held in Montreal and New York from 2nd to 22nd July 1957.
On the 25th September of the same year, Mrs Adekogbe resigned from the position of AG women organiser but continued to be an AG member. In 1958, she was one of the founding members and the first secretary of the Awo Brigade, an association created for the 49th birthday of Chief Awolowo in order to promote the personality of the AG leader. She also became AG Advisor for the Ijebu Eastern Council.
Mrs Adekogbe was also a journalist who wrote articles focused on women’s issues, published in the Nigerian Tribune, the Daily Times, the West African Pilot and the Southern Nigerian Defender. She was also the producer of a radio programme, for the Nigeria Broadcasting Corporation, focusing on topics related to women’s life. She died in Ibadan in 1968.


Version française

Elizabeth Adeyemi naquit en 1919 au Nigéria au sein de la famille royale de l’Ajaloorun, titre attribué au roi d’Ijebu-Ife, ville au sud-ouest du Nigéria. Elle fut formée au métier d’enseignante à Lagos, d’abord au Saint Agnes Catholic Training College et puis au Yaba Higer College. En 1940 elle épousa Alademerin Akija Adekogbe.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Adekogbe travailla comme fonctionnaire à Lagos où elle était Assistant Inspector of Price. En 1946, après avoir passé deux ans à Kano, elle s’installa à Ibadan, au sud-ouest du Nigéria. Son mari y travaillait pour l’Ibadan Corporative Progressive Market Union, vendant du cacao tandis qu’elle était directrice de la Saint James Primary School.
Le 13 Décembre 1952, Mrs Adekogbe fonda, avec un groupe de quatorze femmes instruites, The Women Movement of Nigeria (WM), une organisation féminine qui envisageait de se présenter comme un parti politique autonome de l’action des principaux partis de l’époque. Ce mouvement, dont Adekogbe était l’élément porteur, cherchait à abattre les barrières discriminatoires à l’égard des femmes, que ce soit au niveau politique, économique ou social. L’objectif de son action était la promotion du bien-être féminin au sein de la communauté à travers une coopération entre les différentes associations féminines et la coordination de leurs activités. Par ailleurs, le mouvement voulait faire prendre conscience aux femmes de leur statut de citoyennes, et pour cela revendiquait certains droits comme la parité dans l’éducation et au travail, le droit de vote, ainsi que le droit à la représentation et à la parole au sein des assemblés législatives au niveau régional et national. C’est ce volet politique de l’action qui constituait le vrai levier du mouvement : l’engagement social pour renforcer l’éducation féminine et améliorer les conditions de vie des femmes n’était pensé que comme l’étape préalable à la formation d’une conscience politique féminine. Adekogbe soutenait ainsi que les femmes avaient été négligées par le passé et devaient entreprendre une marche rapide pour surmonter le fossé qui les séparait des hommes en politique, en se libérant de l’action des partis majoritaires, peu disposés à les écouter.
Pour travailler aux objectifs fixés, Adekogbe créa trois comités de travail à l’intérieur du WM dont elle présidait toute l’action. Le premier s’occupait des aspects sociaux et de l’éducation et militait en particulier pour une égalité d’opportunités entre les filles et les garçons. En effet, Adekogbe constata il y avait une inégalité de genre dans l’allocation des bourses d’études gouvernementales annuellement distribuées aux écoliers sur des critères de mérite. Par ailleurs, constatant la pénurie d’écoles secondaires pour les filles, entraînant un taux élevé d’interruption des études pour les filles après l’école primaire, elle revendiquait la nécessité de construire plus d’écoles secondaires pour les filles. Le 2 mars 1953, Adekogbe constitua une délégation de femmes, dont elle était la porte-parole, pour soumettre ces questions au ministre de l’éducation de l’époque. Bien que son combat ne semble pas avoir apporté de modifications importantes dans ce domaine, elle se présente comme la première femme nigériane qui soulève la question des inégalités dans le champ de l’éducation face au gouvernement.
Le deuxième comité qu’elle créa était centré sur l’économie et veillait d’une part au développement des coopératives ainsi que des caisses d’épargne et de crédit féminines et d’autre part, au bien-être des marchandes.
Enfin, le troisième comité était chargé des questions politiques, notamment l’obtention du droit de vote pour les femmes. Un tel suffrage universel des adultes nécessitait une modification de la Constitution nigériane en vigueur. Ce grand combat fut mené conjointement avec deux autres figures politiques féminines dominantes dans cette période : Mrs Ransome-Kuti et Mrs Ekpo. Lors de leurs rencontres, organisées à l’initiative d’Adekogbe, les trois leaders féminins décidèrent de former un corps fédéral regroupant l’ensemble des femmes du Nigéria, qui puisse faire entendre sa voix au sein de la fédération nigériane. Les revendications premières de ce futur corps étaient le suffrage universel, une meilleure place pour les femmes dans la nouvelle Constitution et l’éducation des femmes, de sorte à former un ensemble de femmes instruites capables d’occuper des charges importantes sur la scène nationale. Une telle organisation fut créée lors d’une conférence des femmes du Nigéria qui s’ouvrit le 31 juillet 1953 à Abeokuta, et elle prit le nom de Federation of Nigerian Women Organisations (FNWO).
Cependant, Adekogbe, suite à des conflits liés au rôle qui lui avait été attribué à l’intérieur de la Fédération lors de la Conférence, décida de s’en retirer avec la délégation du WM. Par conséquent elle quitta la Fédération et continua de son côté, au sein du WM, sa bataille pour l’obtention du suffrage universel et la modification de la Constitution selon le programme qui avait été établi avec Mrs Ransome-Kuti et Mrs Ekpo pour la FNWO. Elle écrivit des articles et envoya les résolutions adoptées au sein du mouvement au gouvernement régional, afin de faire connaître le positionnement des femmes de son organisation.
Par ailleurs, Adekogbe s’intéressait aussi fortement à la représentation internationale des femmes nigérianes et affilia son mouvement à l’International Council of Women, une organisation fondée en 1888 aux Etats-Unis qui mobilisait les femmes de différents pays organisées en Conseils Nationaux. C’est pour pouvoir être affilié internationalement que le WM changea son nom en Nigerian Council of Women (NCW) en 1954. Mrs Adekogbe fut la première femme nigériane à participer à une conférence internationale de femmes, qui se déroula du 8 au 18 juin 1954 à Helsinki.
C’est quand elle rentra de cette conférence que le parti politique qui dominait dans l’espace yoruba du sud-ouest du Nigéria, l’Action Group (AG), commença à s’intéresser à elle pour organiser l’aile féminine du parti. Mais la femme était partisane du parti rival de l’AG, le National Council of Nigeria and the Cameroons (NCNC) depuis le début des années 1950 et en 1954 elle avait aussi participé à la campagne électorale du NCNC dans la Région Occidentale. A partir de 1954, Adekogbe commença à dénoncer à grand bruit les nombreuses tentatives de l’AG d’écraser son mouvement en l’affiliant à l’AG. Une forte campagne contre Mrs Adekogbe fut menée par le parti au travers du Nigerian Tribune, journal du parti où elle écrivait au début des années 1950. D’abord ses articles cessèrent d’y être publiés et ensuite le journal commença une intense campagne de presse contre la femme, avec des articles qui en dénonçaient la volonté de gagner du pouvoir pour sa gloire personnelle en dépit des intérêts du pays. De plus, la campagne AG contre le WM se concrétise par l’interdiction aux femmes de l’AG à adhérer au WM suite au refus d’Adekogbe de faire du mouvement une aile du parti.
Elle finit cependant par en faire part comme women organiser à partir d’août 1954. Son mari était salarié de la région occidentale où l’AG était au pouvoir et cela pouvait être un moyen de faire pression sur Adekogbe. Cette adhésion changea le caractère de son mouvement : lors de la troisième Assemblée Générale du WM en 1958, on le vit se tourner vers le social, en abandonnant le champ politique. Avec la charge de women organiser, Adekogbe obtint le poste de membre de l’Ibadan Southern District Council suite aux élections de 1955 et, cela étant un emploi à temps plein, elle abandonna l’enseignement.
De plus, en 1957, Mrs Adekogbe, en tant que leader du WM, s’accorda avec les deux autres directrices des associations ibadanaises, Mrs Esan et Mrs Ogunlesi, pour créer une association parapluie englobant toutes les associations d’Ibadan. Cette association naquit le 14 mars 1957 et prit le nom de Council of Women’s Societies (CWS). Comme représentante du CWS, Adekogbe participa aux conférences de la ICW qui eurent lieu du 2 au 22 juin à Montréal et New York.
La même année, le 25 septembre 1957, Adekogbe démissionna de son poste de women organiser de l’AG mais resta un membre du parti. Ainsi, en 1958, elle participa à la création de l’Awo Brigade, une association qui fut créée pour le 49ème anniversaire d’Awolowo afin de promouvoir la figure du leader du parti, et en fut nommée secrétaire. Elle devint aussi conseillère AG pour l’Ijebu Eastern Council.
Par ailleurs, Adekogbe pratiqua, toute au long de sa vie, une activité de journaliste en écrivant des articles axés sur les questions féminines envoyées au Nigerian Tribune, au Daily Times, au West African Pilot et au Southern Nigerian Defender. Elle dirigeait également un programme à la radio, la Nigeria Broadcasting Corporation où des thèmes liés à la vie des femmes étaient traités. Elle mourut à Ibadan en 1968.

SOURCES :
Private archives of Mrs Adekogbe : handwriting diary, Life History of the women movement of Nigeria, 46 p. ; box WM/N/6, Branches ; box The Press, 23/04/1953 ; box WM/N/9, Miscellaneous. Interviews with her daughters Mrs Olumide Fola Patricia Nelly and Mrs Priscilla Kuye, January 2014 ; with Mrs Ogunsheye, September 2014 and with Mrs Awolowo, September 2014 ; Nigerian Tribune 1950-1960.

Sara Panata

Version imprimable de cet article Version imprimable