Born between 1997 and 1903 and died on the 29th January 1993 in Ibadan, Nigeria ; wealthy trader ; activist for the rights of market-sellers and Muslim women ; activist for the Action Group party, founding member of the AG women’s wing ; Isabatu-deen Society’s founding member, President of the National Council of Women’s Societies.

Née à Ibadan entre 1897 et 1903 et morte à Ibadan le 29 janvier 1993 ; riche commerçante ; militante pour les droits des marchandes et des femmes musulmanes ; militante de l’Action Group, membre fondatrice de l’aile féminine du parti ; membre fondatrice de l’Isabatu-deen Society ; présidente du National Council of Women’s Societies.

Voir aussi version française
Humuani Alaga, best known as Mama Humuani Alaga, was born between 1987 and 1903 in Ibadan to devoted Muslims and traders. Her father, Alfa Aliu Adisa Alaga, was a Muslim chief and her mother, Asimowu Oladoyinbo Ladebo Anigbalawo, was a very influential textiles and beads trader. Mama Humuani Alaga received a Muslim education from her parents and from a young age she followed them in their trader’s travels around the Yoruba area. From the age of 15, she was in charge of accounts for her mother and in 1925 she started selling textiles at Gbagi Market. In 1928 she opened her own shop at 30a Lebanon Street, thus becoming the first women to open a shop in this predominantly European’s traders street.
During this period, she married an Abeokuta man, Sanusi Oshinwusi, chief of sales for the United African Company for which she was the dealer in the market.
Soon she became the first Gbagi market woman and chief of sales for goods that were produced in local companies and sold in local and international trades. In 1934, she was declared Iya Egbe Alaso (leader of textile dealers) in Gbagi market and her concern for market owners led her to encourage the Women’s Cotton Trade Union to protest in Mapo Hall, the administrative centre of the city, against the Lebanese merchants ; they would buy in bulk from women traders to sell in retail at cheaper prices, upsetting the trade of local merchants. Further to market women requests, the king of Ibadan obliged Lebanese traders to cease this kind of trade.
Her wealth and trade abilities, coupled with her charisma, a strong religious commitment – attested by her pilgrimage to Mecca in 1954 – and a particular concern for merchants’ rights, led her to become a rallying figure for merchants, a personality able to mobilise a great number of people, for economic and socio-political goals.
For example, in 1958, she founded a religious society called Isabatu-deen Society (IS) with a group of 11 women. Its main objective was to create a secondary school for Muslim girls. In fact, in the 1950’s, there was a lack of secondary schools for Muslim girls and the teachers in missionary schools were always pressing girls to convert to Christianity. When the Ibadan Saint Anne’s School denied the admission of one of her daughters, Mama Humuani Alaga began to mobilise the Muslim women community. She collected funds with donations and with an annual bazar in order to open a school in which a western education could be combined with an Islamic education. Mama Humuani Alaga pressed vehemently the Ministry of Education to obtain the authorisation to open the school : after several private meetings, she organised a delegation of influent women of the IS to meet the current Premier, Chief Akintola. The school, baptised Isabatu-deen Society, opened on the 24th January 1964 with 64 students.
Her concern for education was further demonstrated by the construction of the Sango Mosque in Ibadan, during the 1960’s. In this Mosque she personally paid a group of teachers to provide a free or cheap Muslim education for children. Moreover, in April 1978, she became the head of the delegation of market women to the Governor of Oyo state, pressing him to liberate the students who had been arrested during a protest against the raise of admission fees.
From a political point of view, she was one of the founders of the AG women’s wing in 1953. For merchants, she was the veritable AG voice in the market : she organized market women for party campaigns, she taught them songs and gave gifts to thank them for their affiliation to the party.
Being initially a unifying figure between the AG and the market-sellers, she became an intermediator between women’s organisations and market women, together with Mama Humuani Alade, another wealthy trader. In 1957, the first association putting together market women and those of the educated elite was founded under the name, “The Council of Women’s Societies”. Mama Humuani Alaga began to gradually involve in the association the individual market women and their organisations. The aim of the organisation was on the one hand to keep the women informed of their rights (nurseries, schools and medical aids) and on the other hand to create an important and unified group able to put pressure on the government.
In 1961, due to her prominent position, Mama Humuani Alaga was elected President of the association, renamed the National Council of Women’s Societies (NCWS), thus becoming the first and only non-educated and non-English speaker President. Moreover, her influence allowed her to take part, together with other prominent women of nine West-African countries, in the seminar The African woman designs her future held in Ibadan in August 1960 to discuss common problems faced by African women. In 1961 she was also sent as delegate of the NCWS and as spokesperson of Nigerian women’s interests to one of the International Alliance’s conferences held in Dublin.
Her stature and contribution were recognised by the British who awarded her, in June 1961, the prestigious title of Member of the British Empire.
She died in Ibadan in 1993.
French version
Humuani Alaga, communément appelée Mama Humuani Alaga, naquit entre 1897 et 1903 de parents nés à Ibadan, dévots musulmans et marchands de perles et de tissus. Son père, était Alfa Aliu Adisa Alaga, un chef musulman et un érudit tandis que sa mère, Asimowu Oladoyinbo Ladebo Anigbalawo était une marchande très influente. Mama Humuani Alaga reçut de ses parents une éducation musulmane et, depuis toute petite, les suivit dans leurs déplacement commerciaux au sein de l’espace yoruba. Dès l’âge de 15 ans, elle fût chargée de tenir la comptabilité de sa mère et en 1925 elle commença à vendre des tissus au marché de Gbagi. En 1928, elle ouvrit son propre magasin au 30a Lebanon Street, ce qui en fit la première femme à posséder un magasin dans cette rue, où les Européens installaient leurs magasins de vente en gros.
A la même période, elle se maria à un homme d’Abeokuta, Sanusi Oshinwusi, chef des ventes de la United African Company, pour laquelle elle était revendeuse au sein du marché. Très vite, elle devint la première femme du marché de Gbagi, et chef des ventes des biens produits ou achetés dans des compagnies locales pour un commerce locale et international. En 1934, elle fut proclamée Iya Egbe Alaso (Présidente des négociantes en tissu) au marché de Gbagi. Son attention constante pour les marchandes l’amena en 1938 à faire protester la Women Cotton Trade Union à Mapo Hall, siège du pouvoir administratif de la ville, contre les pratiques commerciales des Libanais. Ceux-ci achetaient en gros chez les femmes du marché pour revendre en détail à des prix inférieurs, perturbant ainsi les ventes des marchandes. Le roi d’Ibadan s’exprima en faveur des femmes en imposant aux Libanais de cesser ce mode de vente.
Sa richesse et ses capacités commerciales, combinées avec un grand charisme, une grande piète religieuse - confirmée en 1954 avec le pèlerinage à la Mecque - et une attention pour les droits des marchandes, en firent une autorité au sein du marché, une figure capable de mobiliser un grand nombre de personnes pour des causes d’abord économiques mais aussi sociales et politiques.
Notamment, en 1958, associée à un groupe de onze femmes, elle fonda une société à base religieuse qui prit le nom d’Isabatu-deen Society (IS). Au cœur de son programme, figurait le projet d’implanter une école secondaire pour les filles musulmanes. En effet, dans les années 1950, les filles musulmanes manquaient d’écoles, tandis que dans les écoles missionnaires, elles étaient souvent soumises à des tentatives de conversion de la part des enseignants. Plus précisément, ce fut quand la Saint Anne’s School d’Ibadan, refusa la demande d’admission de sa fille que Mama Humuani Alaga commença à mobiliser la communauté féminine musulmane. Il s’agissait de collecter des fonds, par des donations mais aussi par la tenue d’un bazar annuel, afin d’ouvrir une école qui devait combiner une éducation « à l’occidentale » à une éducation religieuse. Mama Humani Alaga dut exercer une forte pression sur les Ministères de l’éducation pour obtenir l’autorisation d’ouvrir l’école : suite à plusieurs visites privées, elle organisa une délégation des femmes influentes de l’IS auprès du Premier de l’époque, Chief Akintola. L’école ouvrit ainsi ses portes sous le nom d’Isabatu-deen girls grammar school le 24 janvier 1964, avec soixante-six inscrites.
Son attention pour l’éducation s’exprima aussi dans les années 1960 quand elle fit bâtir une mosquée à Sango, dans la ville d’Ibadan, où elle paya une équipe d’enseignants pour donner aux enfants une éducation musulmane, gratuitement ou à un prix réduit. De plus, en avril 1978, elle fut à la tête d’une délégation de marchandes qui fit pression – avec succès - sur le gouvernement de l’Etat d’Oyo pour la libération d’étudiants qui avaient été arrêtés lors d’une mobilisation contre l’augmentation de leurs droits d’inscription.
D’un point de vue politique, elle fut une des femmes qui fonda la section féminine de l’Action Group (AG) en 1953. Selon les marchand-e-s de l’époque, c’était elle la véritable voix de l’AG au sein des marchés : elle organisait les marchandes pour les campagnes du parti, elle leur apprenait les chants et distribuait des dons aux marchandes pour les remercier de leur affiliation au parti.
De figure de trait d’union entre marchés et AG, elle devint une figure de référence, de même qu’une autre riche commerçante, Mama Humuani Alade, pour la liaison entre les organisations féminines et les marchandes. Ainsi, en 1957, la première association rassemblant femmes de l’élite éduquée et marchandes vit le jour à Ibadan sous le nom de Council of Women’s Societies. Mama Humuani Alaga y impliqua au fur et à mesure les marchandes, à titre individuel ou bien avec leurs organisations. L’objectif de l’association était d’une part de leur faire prendre conscience de leurs droits (garde d’enfants, écoles, soins) et d’autre part de former un groupe important et uni qui puisse exercer une pression significative sur le gouvernement.
En 1961, du fait de son rôle proéminent, Mama Huamani Alade prit la présidence de l’association, renommée National Council of Women’s Societies. Elle en devint ainsi la première et la seule présidente à n’avoir pas reçu d’éducation occidentale et à ne pas parler anglais. En outre, son influence lui permit de prendre part – avec des femmes cadres de neuf pays d’Afrique occidentale – au séminaire « La femme africaine trace son avenir » qui se déroula à Ibadan en août 1960, afin de dégager des problématiques communes et des solutions possibles pour les femmes de la région. Elle fût également envoyée comme déléguée du NCWS aux conférences internationales de l’International Alliance of Women à Dublin en 1961, afin d’y représenter les intérêts des femmes nigérianes.
Son importance fut reconnue aussi par les Britannique qui lui conférèrent, en juin 1961, le titre honorifique de « Membre de l’Empire Britannique ».
Elle mourut à Ibadan en 1993.

SOURCES : Private archives of Mrs Adekogbe, Ibadan ; GBADAMOSI T.G.O, Humuani Amoke Alaga, Obirin takuntakun, Goldstar Printing Co, Lagos, 2014 ; OYEWOLE J., « Humuani’s life is a pride to Muslims », Vanguard, 28 February 2014 (http://www.vanguardngr.com/2014/02/humuanis-life-pride-muslims-jadesola-oyewole/) ; interviews with merchants of Fifties and Sixties, Gbagi market, Ibadan, February and September 2014.

Sara Panata

Version imprimable de cet article Version imprimable