BOISTARD Eugène, Joseph, Prudent

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 5 avril 1868 à La Croix-en-Touraine (Indre-et-Loire), mort le 1er janvier 1956 à Paris (XIVe arr.) ; traceur mécanicien ; syndicaliste, militant socialiste, communiste puis de nouveau socialiste ; maire du Pré-Saint-Gervais (Seine, Seine-Saint-Denis) de 1919 à 1944.

Eugène Boistard
Eugène Boistard
Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III op. cit., p. 239.

Fils d’un journalier, Eugène Boistard milita jeune dans le mouvement ouvrier de Touraine. Traceur mécanicien, il travailla dans différentes régions et eut partout une activité syndicale. Il s’installa au Pré-Saint-Gervais en 1896 et, sans abandonner le syndicalisme, se consacra à la politique dans les rangs socialistes. Les électeurs l’élurent au conseil municipal en 1904 et l’y maintinrent en 1908, 1912 et le 30 novembre 1919. Boistard devint maire du Pré-Saint-Gervais en décembre 1919.

La section socialiste adhéra au Parti communiste après le congrès de Tours. Selon l’Humanité du 17 janvier 1921, sur cent-quarante-quatre militants, quatre seulement rejoignirent le Parti SFIO. Boistard quitta le Parti communiste au début de l’année 1923 et, après un passage à l’Union socialiste communiste, revint au Parti socialiste en juillet 1924. La population du Pré-Saint-Gervais lui conserva sa confiance : sa liste fut réélue le 10 mai 1925 (2e tour), le 5 mai 1929 (1er tour) et le 5 mai 1935 (1er tour). Boistard tirait fierté de ses réalisations municipales. L’Annuaire du conseil général publia en 1926 une notice biographique fournie par l’intéressé où on pouvait lire : « M. Boistard est le type parfait de l’administrateur socialiste : simple, modeste, de convictions solides, d’une rectitude de vie modèle, compétent, expérimenté et réalisateur. Son œuvre vaste et diverse, poursuivie et exécutée méthodiquement avec ténacité dans les conditions les plus difficiles qui soient au point de vue budgétaire, a placé la commune du Pré-Saint-Gervais au tout premier rang des villes les mieux administrées et dont la gestion doit être proposée en exemple ». (p. 305).

Sa réputation de bon administrateur favorisa l’élection de Boistard comme conseiller général de la deuxième circonscription de Pantin les 14 et 21 juin 1925. Il avait obtenu 1 625 voix au premier tour (1 763 votants), 2 594 au second (1 708 votants) sur 7 652 inscrits. Il fit partie de la cinquième commission (Instruction publique). Au premier tour des élections cantonales, le 26 mai 1929, Boistard recueillit 1 974 voix sur 8 709 inscrits, contre 1 995 au candidat de droite Decros et 1 649 au communiste Jean Duclos. Ce dernier maintint sa candidature au second tour provoquant l’échec du conseiller général sortant : Decros obtint 2 129 voix (élu), Boistard 2 094 et Duclos 1 797. Le 26 mai 1935, le maire du Pré-Saint-Gervais fut devancé au premier tour des élections cantonales par le communiste Maurice Simonin (Simonin 2 277 voix, Boistard 2 252, candidat de droite 2 466) pour lequel il se désista au second tour.

Eugène Boistard accepta d’être maintenu à la première magistrature municipale par le gouvernement de Vichy. Le Comité local de Libération le chassa de la mairie en août 1944. Retiré de la vie politique active, il resta au Pré-Saint-Gervais jusqu’à sa mort survenue le 1er janvier 1956.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17092, notice BOISTARD Eugène, Joseph, Prudent par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 juin 2010.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Eugène Boistard
Eugène Boistard
Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III op. cit., p. 239.

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3, D3M2. — L’Humanité, 17 janvier 1921, 27 mai 1935. — Le Conseil municipal : nos édiles (1926), op. cit. p. 305-306. — Renseignements fournis par la mairie de La Croix-en-Touraine, 28 novembre 1980.— Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, op. cit., p. 239.

ICONOGRAPHIE : Le Conseil municipal : nos édiles (1926), op. cit., p. 305.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément