OCHIN Jean, Alfred, Ghislain

Par Daniel Grason

Né le 13 février 1906 à Chéreng (Nord), fusillé le 8 février 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; forgeron dans l’industrie ; communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils d’un journalier tué au combat le 18 mai 1915 à Carency (Pas-de-Calais), pupille de la Nation, Jean Ochin vivait dans sa ville natale, était communiste et membre des Francs-tireurs et partisans (FTP). Le 21 octobre 1942, un attentat eut lieu contre La Taverne lilloise » réquisitionnée par les Allemands. Jean Ochin participa à cette action dirigée par Georges Capelle ; deux FTP à bicyclette passèrent devant la taverne, l’un lança la grenade contre des soldats de la Wehrmacht ; il y eut cinq blessés dont trois Allemands. Arrêté le 3 novembre par la police française, des armes furent saisies. Roger Devreese aurait fourni des grenades aux combattants.
Arrêté par la police française de Lille, il fut transféré à Paris. Jean Ochin comparut le 29 janvier 1943 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort pour « actes de franc-tireur », il fut passé par les armes le 8 février 1943 à 16 h 15 au Mont-Valérien en même temps que neuf autres FTP du Nord : Gilbert Betrancourt, Victor Bodelle, Georges Capelle, Maurice Lombart, Armel Marsy, Roger Devreese, Cyrille Vanhaeke, Yves Decugis et Élie Lorthois.
Son inhumation eut lieu au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Après la Libération, le secrétariat général aux Anciens Combattants attribua à Jean Ochin la mention « Mort pour la France » le 7 mai 1948. Le conseil municipal donna le nom de Jean Ochin à une rue de Chéreng. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article169752, notice OCHIN Jean, Alfred, Ghislain par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 janvier 2015, dernière modification le 25 janvier 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : DAVCC, Caen, Boîte 5, Liste S 1744-27/43 (Notes Thomas Pouty). – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément