TIBALDI Paolo

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 30 janvier 1824 à Piacenza, Plaisance (Italie), mort le 17 janvier 1901 à Rome.

Paolo Tibaldi
Paolo Tibaldi

Paolo Tibaldi naquit dans une famille de onze enfants. A la mort de son père, il se rendit à Rome pour y étudier la sculpture. En 1848, enrôlé dans le « Battaglione universitario », il fut nommé sergent, lieutenant, puis capitaine. Après la chute de la République romaine, il protègea la retraite de Garibaldi à San-Marino, où il fut fait prisonnier par les Autrichiens. Libéré, il préféra l’exil en France où il gagna sa vie comme ouvrier opticien à Paris.

Après le coup d’Etat du 2 décembre, il se réfugia à Londres. Il revint peu de temps après à Paris et ouvrit un laboratoire d’optique. Il entra en relation avec des révolutionnaires italiens avec qui il prépara un attentat contre Napoléon III. Arrêté, il fut condamné à la déportation par la Cour d’assises de la Seine le 7 août 1857 et transporté à Cayenne où il se lia d’amitié avec Charles Delescluze. Amnistié en 1869 mais interdit de séjour, il s’installa à Londres et fit un court séjour en Italie. Il revint à Paris après le 4 septembre et devint commandant d’une « Légion italienne » non reconnue par les autorités mais qui prit part à la tentative insurrectionnelle du 31 octobre. Il fut arrêté, poursuivi et acquitté par le 4e Conseil de guerre le 24 février 1871. Il ne participa pas à la Commune et se rendit à Londres « peu satisfait de ses collègues de Paris », et logea à l’hôtel de la Boule d’Or, près de Tottenham Court-Road. La même année, il vendit ses Mémoires à l’Émancipation de Toulouse. Il fut condamné par contumace par le 4e Conseil de guerre le 23 juin 1871.

A Londres, ayant adhéré à l’Internationale ; il contribua à révéler le rôle d’espion de la police française de Luigi Wolff, le secrétaire de Mazzini au sein du Conseil général jusqu’en mars 1865. Il retourna en Italie en 1873 et publie ses Mémoires en 1888 : Da Roma a Cajenna, lotte, esigli, deportazione.

Il décéda à Rome le 17 janvier 1901.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article168979, notice TIBALDI Paolo par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 24 décembre 2014, dernière modification le 26 mai 2019.

Par Pierre-Henri Zaidman

Paolo Tibaldi
Paolo Tibaldi

SOURCES : Vincenzo Caputo, Figure del Risorgimento (1820-1870), Milano, Gastaldi, 1960. — Giuseppe Del Bo, La corrispondenza di Marx e Engels con italiani 1848-1895, Milano, Feltrinelli, 1964. — Fancesco Ercole , Il Risorgimento italiano. Gli uomini politici, in Enciclopedia Biografica e Bibliografica Italiana, E.B.B.I., Milano , Istituto Editoriale Italiano Bernardo Carlo Tosi, 1941-1942, 3 volumi. — Nuovo dizionario biografico piacentino (1860-1960), Piacenza, Banca di Piacenza, 1987. — Michele Rosi (dir.), Dizionario del Risorgimento Nazionale. Dalle origini a Roma capitale. Fatti e persone, Milano, Casa Editrice Francesco Vallardi, 1930-1937, 4 volumi ; Bassoli (Alberto), « Paolo Tibaldi : un emiliano e la Comune di Parigi  » in Bollettino storico piacentino, Piacenza, a. LXIX, gennaio-giugno 1974, fasc. 1 p. 39-54. — Archivio biografico del movimento operaio. — Réquisitoire du procureur général près la cour impériale de Paris : complot contre la vie de l’Empereur, Paris, B. Warée aîné, 1857. — Arch. PPo., B a/427 et B a/429. — Gazette des Tribunaux, 7 août 1857, 18 juillet 1870 et 24 février 1871. — La Patrie en danger, 27 septembre 1870.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément