BLANC Marthe [née GRANDJEAN Marthe, épouse BLANC, puis épouse MASSON]

Par Claude Pennetier

Née le 13 décembre 1899 à Baumes-les-Dames (Doubs), morte le 26 septembre 1978 à Vernouillet (Eure-et-Loir) ; employée ; militante communiste du XIIIe arr. de Paris ; déportée.

Fille d’un scieur de long et d’une ouvrière d’usine, marié en juillet 1925 à Paris (Xe arr.), militante communiste active du XIIIe arr. de Paris avant 1939, veuve de guerre, Marthe Blanc quitta Paris en 1940 (vraisemblablement pendant l’exode) et revint vers juillet 1940. Elle raconta comment elle avait repris contact avec le Parti communiste : « Aux Gobelins, je rencontre un camarade sans oser lui demander ce qu’il pense des événements, sa réponse me fixerait. Je lui fais part du décès de mon mari, et lui expose le grand vide dans lequel je suis et le grand besoin de retrouver les camarades. Si tu acceptes de militer clandestinement avec nous, me dit-il, je t’enverrai quelqu’un. Deux jours après, un grand garçon que je ne connais pas vient me voir et m’explique qu’il est chargé de former des groupes de base ; il m’informe de la parution clandestine de l’Humanité et de tracts ; il me demande de taper les stencils et de les ronéoter pour les quartiers Croulebarbe et Salpêtrière : « Ce sera ta tâche ainsi que de former des groupes de trois et de les réunir » (op. cit., p. 96-97). Elle participa, entre autres, à des sorties nocturnes pour faire des inscriptions. Comme veuve de guerre, elle avait été embauchée à la préfecture de la Seine, au bureau des cartes d’alimentation et détachée à la mairie du XIIIe où elle rendit des services aux militants clandestins. La police l’arrêta le 1er avril 1941. Marthe Blanc fut déportée en Allemagne le 18 avril 1944 au départ de la gare de l’Est vers Ravensbruck. Elle fut libérére le 9 avril 1945 par la Croix Rouge à la frontière germano-suisse.
Elle se remaria en novembre 1952 à Paris (XIIIe arr.) avec Charles Masson.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16843, notice BLANC Marthe [née GRANDJEAN Marthe, épouse BLANC, puis épouse MASSON] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Le XIIIe arrondissement de Paris du Front populaire à la Libération, Paris, 1977, p. 94, 96, 105, 121. — État civil. — Note de Jean-Pierre Besse.

ICONOGRAPHIE : Ibid, p. 94.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément