BLAISE Eugène, Charles

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 12 juillet 1882 à Varangéville (Meurthe-et-Moselle), mort le 15 novembre 1956 à Pessac (Gironde) ; instituteur ; secrétaire général du syndicat des membres de l’Enseignement laïc de la région parisienne (1927-vers 1931), militant communiste (exclu en décembre 1935), puis militant socialiste SFIO ; conseiller municipal de Villejuif (Seine, Val-de-Marne) de 1925 à 1936.

Eugène Blaise fut un militant socialiste actif de la banlieue sud dès 1910. Instituteur à l’école de la rue Baudricourt dans le XIIIe arr. de Paris, le IIe arr. (1928), puis à Villejuif, il signa le manifeste des syndicalistes en 1912.

La section socialiste de Villejuif présenta sans succès Eugène Blaise aux élections municipales de novembre 1919. Peu de temps après le congrès de Tours (décembre 1920), la section communiste fit de même à l’occasion d’une élection partielle. Eugène Blaise entra au conseil avec la liste Bloc ouvrier et paysan (BOP) en mai 1925. Réélu en mai 1929 et en mai 1935, il démissionna le 14 février 1936, à la demande de la section socialiste SFIO à laquelle il avait adhéré après son exclusion du Parti communiste, fin 1935. Il se présenta aux élections partielles de novembre 1937 sur la liste socialiste SFIO.

Le Parti communiste fit à plusieurs reprises de Blaise son porte-drapeau dans les élections. Candidat communiste au conseil général du 26 mai 1929 dans la première circonscription de Villejuif, il recueillit 2 183 voix sur 10 992 inscrits.

Aux élections législatives des 22 et 29 avril 1928 puis des 1er et 8 mai 1932 dans la troisième circonscription de Sceaux (Bry-sur-Marne, Champigny, Nogent-sur-Marne, Le Perreux) il obtint : 2 400 voix (14,8 % des 16 270 inscrits) au premier tour, 1 604 voix (9,9 %) au second ; 2 353 voix (12,5 % des 18 753 inscrits), 2 183 voix (11,6 %).

Eugène Blaise joua un grand rôle dans le syndicalisme enseignant. Candidat au conseil départemental de l’enseignement en octobre 1928, il recueillit 21 voix contre 316 à Henri Blutte, sur 497 inscrits. Eugène Blaise devint secrétaire du syndicat de l’Enseignement de la Seine (Fédération unitaire de l’Enseignement, CGTU) le 13 janvier 1927 et conserva cette fonction en 1930, secondé par Madame Christophe (trésorière), Émile Krob (secrétaire administratif), Raymond Guilloré (secrétaire à la propagande), Maurice Husson (secrétaire pour les 2e et 3e régions). Il conservait ses fonctions en 1931. Lorsqu’en 1929 la majorité fédérale se sépara du Parti communiste, Eugène Blaise participa à la tendance proche du PC. L’administration le sanctionna en 1929, par une mutation d’office l’éloignant de son école du XIIIe arr. L’exclusion de Blaise résultat de désaccords locaux et nationaux. Il adhéra au Parti socialiste SFIO dès janvier 1936 et accéda aux fonctions de secrétaire de la section à l’été. Eugène Blaise quitta Villejuif et vendit son pavillon vers 1940. Après la guerre, il fut élu conseiller municipal de Pessac (Gironde) le 26 avril 1953 et le demeura jusqu’à sa mort.

Marié une première fois à Jarville (Meurthe-et-Moselle) le 28 décembre 1905, il se remaria à Villejuif le 2 octobre 1936.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16813, notice BLAISE Eugène, Charles par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 24 octobre 2009.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat., F7/13749. — Arch. PPo. 50, 304. — Arch. Dép. Seine, DM3 ; Versement 10451/76/1. — Arch. Com. Villejuif. — Arch. Ass. Nat., résultats électoraux. — L’Humanité, 16 juin 1929. — Les Semailles, novembre-décembre 1928. — Renseignements fournis par les mairies de Varangéville 28 novembre 1980 et de Pessac, 5 décembre 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément