DOUTRES François

Par Miquèl Ruquet

Né le 6 septembre 1880 à Montauriol (Pyrénées-Orientales), mort sûrement à Perpignan à une date inconnue ; maçon ; anarchiste ; syndicaliste, secrétaire de la Bourse du travail de Perpignan en 1910 ; antimilitariste, membre fondateur de la section perpignanaise de l’AIA « Germinal » et combattant de 1914-18.

François Joseph Jean Doutres est né le 6 septembre 1880 à Montauriol de Doutres Sauveur né en 1855, cultivateur et de Trilles Angélique née en 1856, sans profession. Il a effectué son service militaire dans le 3e régiment de tirailleurs algériens à partir du 25 novembre 1901. Il fut réformé à Bône (Algérie) le 6 décembre 1902 pour « tuberculose pulmonaire ». Sa fiche matricule nous indique qu’il avait un niveau d’instruction primaire.
Maçon célibataire en 1909, il était considéré par la police comme « révolutionnaire et libertaire, [au] caractère exalté et violent ». Il fut l’un des douze membres fondateurs de la section antimilitariste de Perpignan, « Germinal ». À la suite d’une conférence à Perpignan de Gustave Hervé sur l’idée de patrie le 21 mars 1909, les membres fondateurs (Basset Joseph, terrassier ; Doutres, François, maçon ; Escudier Boniface, maire de Canohés ; Fourcou Joseph, homme de peine ; Fourcou Sauveur, chevrier ; Prat François, ouvrier agricole ; Roca Emmanuel, serrurier ; Rousset Jacques, comptable ; Seignolles Louis, aide-pharmacien ; Sola, François, hôtelier ; Vassail Joseph, peintre ; Vassail Michel, vendeur de journaux) se réunirent le 24 avril 1909 dans la salle réservée du café Grando à Perpignan. « Le 1er juin 1909, la section de Perpignan de l’Association Internationale Antimilitariste comptait exactement quatre-vingt-quatre membres. » François Doutres fut, dès le départ, secrétaire adjoint de la section antimilitariste de Perpignan. Dans Le Socialiste de Pyrénées-Orientales du 6 août 1909, c’est lui qui convoqua la section « Germinal ». Le 7 août, Michel Vassail, critiqué par les anarchistes illégalistes, démissionna de son poste de secrétaire général de la section. Il fut remplacé par François Doutres « qui n’est pour ainsi dire que la doublure de Vassail dont il reçoit les inspirations », selon la police. Un dernier rapport policier, le 25 octobre 1909, semble indiquer que la crise interne était terminée, puisque Vassail a repris son poste de secrétaire général du bureau de la section perpignanaise de l’AIA, Doutres redevenant secrétaire-adjoint.
Cet échange de poste entre Vassail et Doutres se retrouva sur le plan syndical : en 1910, le secrétaire de la Bourse du travail de Perpignan était François Doutres et en 1911, Michel Vassail. Vassail, était secrétaire du syndicat des maçons le 24 mai 1911 (article de La Bataille Sociale). En septembre 1911, François Doutres était responsable du syndicat des maçons. C’est surtout ce syndicat des maçons, terrassiers, aides-maçons et similaires qui faisait de la propagande antimilitariste et révolutionnaire, soit en allant faire des conférences dans les villages, au sein des syndicats agricoles, soit, en envoyant de l’argent au Comité de défense sociale de Paris. D’ailleurs presque tous les membres de ce syndicat faisaient partie de la section antimilitariste de Perpignan « Germinal », selon la police. François Doutres n’était pas inscrit au carnet B départemental, contrairement à Michel Vassail.
Au début de la guerre, il était le correspondant des insoumis anarchistes d’Ille réfugiés dès août 1914 à Figueres (Espagne). Une lettre de Miquel Vidalou « au camarade Doutre [sic] » fut arrêtée par le contrôle postal en février 1915. Pourtant, lui-même alla combattre : François Doutres a été déclaré bon pour le service armé par le conseil de révision de Perpignan le 17 décembre 1914. Fin février, il fut affecté au 2e régiment du génie. Le 31 août 1915, il fut classé « service auxiliaire » et maintenu à son corps. Le 30 janvier 1916, il fut affecté au 13e escadron du train. Démobilisé le 10 mars 1919, il revint à Perpignan. Il ne semble plus avoir eu d’activités ni syndicales, ni politiques.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article167993, notice DOUTRES François par Miquèl Ruquet, version mise en ligne le 26 novembre 2014, dernière modification le 2 juin 2016.

Par Miquèl Ruquet

SOURCES : ADPO 1 M 588, 2 J 37, 1 M 782, 1 M 618 ; 2 E 1890, état civil de Montauriol, acte de naissance n° 19/1880 ; 1 R 450, registres matricules des PO, fiche matricule n° 338 de la classe 1900. — La Bataille sociale, organe des socialistes révolutionnaires des Pyrénées-Orientales ; Le Socialiste de Pyrénées-Orientales ; La Voix du Peuple.

Version imprimable Signaler un complément