DERRUAU Émile, Séverin. Pseudonyme : ÉMILE, MILO.

Par Jean-Sébastien Chorin, Claude Pennetier

Né le 14 juillet 1899 à Paris (XVe arr.), fusillé le 1er juin 1943 au camp d’Auvours (Champagné, Sarthe) ; tourneur ; syndicaliste et communiste de Clamart (Seine, Hauts-de-Seine) ; résistant au sein des FTPF de la Sarthe.

Fils de Jules, Émile Derruau, chauffeur, et de Dolorès Lahuerta, sans profession, Émile Derruau s’était marié à Paris (XVe arr.) le 27 décembre 1919 avec Marguerite Scervoin. Ouvrier tourneur domicilié 120 avenue Marguerite Renaudin à Clamart (Seine), Émile Derruau fut interpellé par la police, le 24 mars 1929, avec les cent vingt-neuf délégués de la conférence communiste de la région parisienne réunie salle Reflut, à Clichy (Seine).
Membre de la commission exécutive de la Fédération unitaire des Métaux de 1923 à 1927, il dirigea la liste communiste lors des élections municipales de Clamart des 5 et 12 mai 1929.
Domicilié au Mans (Sarthe), pendant l’Occupation, Émile Derruau exerçait toujours la profession de tourneur. Résistant Francs-tireurs et partisans français (FTPF), il fut chef d’un groupe de douze hommes chargé des opérations ferroviaires. Il était responsable régional à l’organisation. Il cachait chez lui deux résistants traqués.
Le 8 mars 1943, il fut arrêté au Mans par la Sipo-SD pour aide à l’ennemi et activité terroriste, en même temps que Émile Debonne* et- James Rogier*.
Il fut interné à la prison du Vert-Galant au Mans.
Le 28 mai 1943, le tribunal militaire allemand du Mans (FK 755) le condamna à mort. Le 1er juin 1943, les Allemands le fusillèrent au camp d’Auvours (Champagné, Sarthe).
Le même jour furent exécutés à Auvours : Albert Aubier, Alex Auvinet, Armand Blanchard, Pierre Corre, Émile Debonne, Émile Derruau, Eugène Dubruilles, Robert Estival, Edmond Garreau, René Le Petillon, Jules Lesven, Paul Madiot.

Son corps fut inhumé à Moncé (Sarthe).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article167947, notice DERRUAU Émile, Séverin. Pseudonyme : ÉMILE, MILO. par Jean-Sébastien Chorin, Claude Pennetier, version mise en ligne le 26 novembre 2014, dernière modification le 8 décembre 2018.

Par Jean-Sébastien Chorin, Claude Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier d’Émile Derruau (notes de Thomas Pouty). – Arch. Nat. F7/13119, rapport du 24 mars 1929. – Arch. Dép. Seine, listes électorales. – Arch. Dép. Finistère, fonds Alain Legrand, 208 J. — L’Humanité, 28 avril 1929. – Comptes rendus des congrès de la Fédération CGTU des Métaux. – État civil en ligne cote V4E 9924, vue 10.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément