PLISNIER Victor, dit El pape.

Par Jean Puissant

Né dans les années 1830. Ouvrier mineur, employé de la coopérative socialiste Le Progrès à Jolimont (aujourd’hui commune de La Louvière, pr. Hainaut, arr. Soignies), animateur de l’Association internationale des travailleurs, militant socialiste, militant syndical.

Dénommé « barbe blanche » en 1893, Victor Plisnier est « un dévoué des associations ouvrières » selon De la Sociale (p. 200) qui apporte les informations qui suivent. Ouvrier mineur, « il sait lire et signer son nom, mais dans les discussions, il est causeur », « il aime à raconter sa conversion au socialisme et à la libre pensée ». Il est un fervent catholique et aime chanter à l’église, jusqu’au moment où il assiste à un meeting de l’Association internationale des travailleurs (AIT), tenu par Pierre Croisier à Houdeng (aujourd’hui commune de La Louvière, pr. Hainaut, arr. Soignies), le 23 mai 1869. Il devient donc socialiste et un des animateurs de l’AIT à Houdeng avec les frères Duray.

Mineur au charbonnage de Mariemont, Victor Plisnier est délégué ouvrier au Conseil d’arbitrage et de conciliation du charbonnage. En 1890, il est, avec Ferdinand Cavrot, l’un des fondateurs de l’Union fédérale des mineurs du Centre.

Victor Plisnier quitte la mine pour devenir limonadier à la coopérative Le Progrès où il habite depuis seize ans (sic : en 1893, ce qui voudrait dire qu’il habite la Maison du Peuple). Il a cinq filles. « C’est lui qui pilote les étrangers qui viennent visiter les dépendances de la coopérative socialiste… Il est un propagateur zélé de l’organisation syndicale… », relate le commissaire de la police des frontières de Feignies en 1893.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article167247, notice PLISNIER Victor, dit El pape. par Jean Puissant, version mise en ligne le 6 novembre 2014, dernière modification le 15 octobre 2018.

Par Jean Puissant

SOURCES : DE LA SOCIALE, Histoire du socialisme et de la coopération dans le Centre, La Louvière, 1894 – PUISSANT, J. (éd.), Sous la loupe de la police française, le bassin industriel du Centre (1885-1893), Cercle d’histoire Henri Guillemin, Haine-Saint-Pierre, 1988.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément