GUYAUX Edmond, Victor [alias "Guignol"]

Par André Balent, Julien Lucchini

Né le 15 juillet 1922 à Vireux-Wallerand (Ardennes), fusillé le 8 novembre 1943 à Toulouse (Haute-Garonne) ; étudiant ; résistant (AS Toulouse, maquis Bir Hakeim).

Faire-part de décès d’Edmond Guyaux (Vireux-Wallerand, Ardennes)
Faire-part de décès d’Edmond Guyaux (Vireux-Wallerand, Ardennes)
Le texte comporte une erreur : il n’a pas été interrogé par le police allemande à Montpellier mais à Perpignan puis à Toulouse.
Cliché : site http://vireuxpetitsvillagesardennais.blogspot.fr/ consulté le 5 septembre 2017

Fils d’Hubert Guyaux, ajusteur, et de Marie, Julie Minet, sans profession, Edmond Guyaux (nom écrit "Guillot" ou "Ouillot", selon les sources), étudiant, vivait à Toulouse. Il préparait l’École coloniale au lycée de garçons (aujourd’hui lycée Pierre-de-Fermat).

Réfractaire au STO, ayant rejoint le maquis AS Bir Hakeim formé initialement à Toulouse puis implanté dans un premier temps dans l’Aveyron, il fut arrêté le 10 septembre 1943, à Douch (commune de Rosis, Hérault) par la Wehrmacht pour « participation à des actes terroristes ». Lui et les membres de son groupe, rassemblés prés du hameau de Douch depuis le 25 août 1944 dans un camp de montagne (massif de l’Espinouze) où ils recevaient les instructions militaires, s’étaient opposés, le 10 septembre les armes à la main à la prise du lieu par l’armée allemande, et causèrent des pertes à l’ennemi (dix ou douze morts dont un officier, selon les sources). Chargés d’assurer le repli des autres résistants du camp, lui et trois de ses camarades furent pris par les Allemands (Voir aussi Arlet Henri).

Edmond Guyaux — ainsi que les autres prisonniers du maquis Bir Hakeim capturés à Douch — fut transporté, dans l’après-midi du 10 septembre à l’hôpital de Béziers (Hérault) où il reçut les premiers soins. Tous les quatre furent ensuite transférés par les Allemands à Perpignan (Pyrénées-Orientales), d’abord à l’hôpital Saint-Jean puis à la citadelle où la Sipo-Sd avait aménagé une prison. Il fut incarcéré après un nouveau transfert à la prison militaire Furgole à Toulouse, puis à celle de Saint-Michel, dans la même ville. Le 24 octobre 1943, il fut condamné à mort par le tribunal militaire pour le Sud de la France, qui siégeait à Toulouse. Il a été fusillé le 8 novembre 1943 à la prison Saint-Michel, puis enseveli à Bordelongue (commune de Toulouse) par les autorités allemandes. Son corps fut retrouvé en septembre 1944 dans une des trois fosses communes de Bordelongue où les Allemands enfouirent les corps de 27 résistants tués entre novembre 1943 et avril 1944. L’abbé Cistac, aumônier du lycée de garçons de Toulouse célébra, malgré l’interdiction, une messe en l’honneur d’Edmond Guyaux et de Jacques Sauvegrain (autre élève du lycée, maquisard de Bir Hakeim) dans la chapelle de l’établissement.

La mention "Mort pour la France" lui fut attribuée en janvier 1950. Il existe une rue Edmond Guyaux à Toulouse. Son nom a été gravé sur la stèle qui perpétue le souvenir des résistants enterrés in situ, à Bordelongue. Il figure aussi ("Guignol Guyaux Edmond") sur la plaque du mémorial du maquis Bir Hakeim érigé à Mourèze (Hérault).

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Vireux-Wallerand, ainsi que sur la plaque commémorative à l’entrée de l’église.
Une rue de Vireux-Wallerand porte son nom.

Voir : Toulouse, prison Saint-Michel et charnier de Bordelongue (9 novembre 1943-18 avril 1944)

Dernière lettre d’Edmond Guyaux :

« Papa, maman,
 "Je ne sais quand cette lettre vous parviendra. C’est sûrement l’unique que vous recevrez. Pauvres chers parents, terminer ainsi une vie qui, grâce à vous, avait été magnifique ! Vous avez dû savoir que j’ai été blessé, jambes cassées au-dessus du genou par une balle perforante. Soigné à Perpignan et à Purpan où j’étais si près de vous ! J’ai souvent pleuré en entendant la cloche des Sept-Deniers. Gardez votre courage. Je meurs, mais vous vivrez pour les petits Roger et André.
"Je ne sais quand je serai fusillé. Mais, courage ! je vous demande pardon pour toute la peine que j’ai pu vous faire. Pensez souvent à moi. Faîtes dire une messe, le 15 juillet à Vireux. Dîtes adieu pour moi à tous mes amis et amies. Dîtes leur de vivre et de tout faire pour la Paix, quand elle sera revenue. Embrassez tout le monde pour moi, tout le monde que j’ai aimé.
"Je vous embrasse ainsi que les grands parents. Adieu, chers miens, nous nous retrouverons là où on ne sépare plus ceux qui s’aiment
 ».
Edmond Guyaux

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article166807, notice GUYAUX Edmond, Victor [alias "Guignol"] par André Balent, Julien Lucchini, version mise en ligne le 4 novembre 2014, dernière modification le 10 septembre 2018.

Par André Balent, Julien Lucchini

http://vireuxpetitsvillagesardennais.blogspot.fr/ consulté le 5 septembre 2017 ">Faire-part de décès d’Edmond Guyaux (Vireux-Wallerand, Ardennes)
Faire-part de décès d’Edmond Guyaux (Vireux-Wallerand, Ardennes)
Le texte comporte une erreur : il n’a pas été interrogé par le police allemande à Montpellier mais à Perpignan puis à Toulouse.
Cliché : site http://vireuxpetitsvillagesardennais.blogspot.fr/ consulté le 5 septembre 2017

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4 (Notes Thomas Pouty). — Arch. dép. Hérault, série W, rapport du lieutenant de Gendarmerie Mangin chef de la section de Lodève (Hérault), s. d. (sans doute, le 11 septembre 1943), rapport expliquant le déroulement des combats de Douch et leurs suites. — Jean Estèbe, Toulouse 1940-1944, Paris, Perrin, 1996, 358 p. [p. 242]. — État civil. — Notes de Philippe Lecler. — Site http://vireuxpetitsvillagesardennais.blogspot.fr/, consulté (André Balent) le 5 septembre 2017.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément