DUBOIS André, Marcel

Par Didier Bigorgne

Né le 12 juin 1913 à Vivier-au Court (Ardennes), mort le 6 août 2000 à Vivier-au-Court ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT et militant communiste ; maire de Vivier-au-Court (1965-1971).

André Dubois était le fils de Lucien Eugène Dubois, forgeron, et de Marie Blanche Ermeline Cornet, sans profession. Son père ayant été tué au combat pendant la guerre 1914-1918, il fut adopté comme pupille de la Nation par règlement du tribunal civil de Charleville en date du 26 décembre 1919. André Dubois exerçait le métier de chauffeur de four à l’usine quand il épousa Yvette Marie Braidy, magasinière âgée de dix-huit ans, le 25 mars 1939 à Vivier-au-Court ; le couple eut cinq enfants (deux filles et trois garçons).

À la Libération, André Dubois était syndiqué à la CGT. Il travaillait alors en qualité d’estampeur. Membre du syndicat des Métaux de Vivier-au-Court, il siégea à la commission exécutive de l’UD-CGT des Ardennes du 13 avril 1946 au 23 avril 1949. Son activité syndicale l’amena à changer souvent d’usines et à exercer des emplois différents, en fonderie ou dans le terrassement.

André Dubois adhéra au Parti communiste. Le 29 avril 1945, il fut élu conseiller municipal de Vivier-au-Court sur la liste antifasciste conduite par le communiste Lucien Singlit* qui remporta la victoire totale. Réélu sur la liste de son parti à chaque scrutin municipal, André Dubois fut maire adjoint de Vivier-au-Court de 1953 à 1965, puis maire de 1965 à 1971. Aux élections législatives des 23-30 juin 1968, il fut le suppléant du candidat communiste Raymond Deparpe* dans la première circonscription de Mézières-Rethel.

André Dubois finit sa carrière professionnelle à la fonderie Manil de Vivier-au-Court. Embauché en 1963, il fut licencié pour raisons économiques le 1er juin 1976.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article166741, notice DUBOIS André, Marcel par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 18 octobre 2014, dernière modification le 18 octobre 2014.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : L’Humanité-Dimanche, Une semaine dans les Ardennes, 1953 à 1971. — Presse locale. — Renseignements communiqués par Suzy Cunin, fille de l’intéressé. — État civil de Vivier-au-Court.

Version imprimable Signaler un complément