BIARROTTE Joseph

Par Jean-Claude Paul-Dejean

Né le 3 février 1896 à Boucau (Basses-Pyrénées,-Pyrénées-Atlantiques) ; ouvrier aux Forges de l’Adour ; militant communiste ; maire de Tarnos (Landes) ; déporté.

Joseph Biarrotte était le neveu de Maxime et Joanny Perrin qui créèrent, en 1897, le premier mouvement syndical à Boucau-Tarnos, « la chambre syndicale de l’union métallurgique ».

D’abord apprenti bourrelier, il entra aux Forges de l’Adour où il devint ouvrier machiniste. Réformé en 1914 pendant la durée de la guerre, il travailla aux Forges. Il s’inscrivit au Parti socialiste en 1915 ; ses sympathies allaient aux « minoritaires » et, en 1917, il participa au renouveau syndical. Après les scissions, il adhéra au PCF et à la CGTU. Il fut élu conseiller municipal de Tarnos (Landes) et adjoint au maire le 10 mai 1925 ; il fut reconduit dans ses fonctions en 1926 et en 1929. La même année, déjà membre de la commission exécutive de la 12e Région unitaire, il fut désigné pour siéger au comité régional (région pyrénéenne). Il se présenta aux élections du conseil d’arrondissement de 1934 dans le canton de Saint-Martin-de-Seignanx (Landes), contre le socialiste Marcel Loustalot* et obtint, avec 870 voix, 41 % des suffrages exprimés. Après les élections municipales de 1935 il fut élu maire de Tarnos.

Révoqué le 19 octobre 1939, il fut arrêté. Libéré en 1941, il participa à la reconstitution du PC ; de nouveau arrêté (par la Gestapo) il fut déporté à Buchenwald (Allemagne) en janvier 1944. À son retour, Joseph Biarrotte fut réélu maire de Tarnos et exerça comme tel jusqu’en 1971.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16660, notice BIARROTTE Joseph par Jean-Claude Paul-Dejean, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 23 octobre 2010.

Par Jean-Claude Paul-Dejean

SOURCES : Arch. Dép. Landes, 3 M 501, 503, 658, 663, 669 et 5 Ms 167. — L’Etincelle. — Interview de J. Biarrotte, novembre 1974. — Mémorial de Buchenwald, Dora et Kommandos, édité par l’Association française Buchenwald, Dora et Kommandos, 1999. — Note de Jean-Pierre Besse.

Version imprimable Signaler un complément