BERTRAND Max, François

Par Claude Pennetier

Né le 18 avril 1920 à Entraigues-sur-la-Sorgue (Vaucluse) ; courtier-négociant en fruits et légumes puis employé de mairie ; résistant ; secrétaire à l’organisation de la fédération communiste du Vaucluse ; élu local (maire d’Entraigues) et régional.

Fils d’un préparateur en droguerie puis épicier (radical socialiste selon le témoignage de son fils) et d’une ouvrière du textile puis épicière, Max Bertrand obtint le baccalauréat. Lecteur d’Émile Zola et de Victor Hugo, marqué par la lutte contre l’Occupant, il adhéra au Parti communiste début 1943. Il participa activement à la Résistance comme le précise son témoignage : « Dès 1941, il engagea la lutte contre l’occupant nazi en créant quatre groupes de résistance dans le secteur d’Entraigues » (lettre du 18 octobre 2004). Touché par le STO au printemps 1943, il rejoignit la région de Bollène où il participa à de nombreux sabotages (pylônes électriques, voies ferrées). En septembre 1943, il fut nommé commissaire technique régional de la Drôme-Ardèche. En février 1944, il fut technique régional de la région Gard-Lozère. Arrêté à Alès le 3 juillet 1944, il réussit une évasion spectaculaire et rejoignit l’Ardèche où il prit la place de technique régional, mi-juillet 1944, puis de chef du 4e bureau de la subdivision militaire de Privas. Le commandant Jacques Lamotte (son nom de guerre) fut démobilisé le 5 septembre 1945.
Négociant en fruits et légumes, il entra au secrétariat fédéral communiste fin 1946 et fit une école centrale de quatre mois, à Viroflay, en novembre 1947-février 1948. Secrétaire à l’organisation de la fédération communiste du Vaucluse en 1947, il occupait encore cette fonction en 1959 et demeura au bureau fédéral jusqu’en 1961. Il quitta le comité fédéral vers 1970.
Secrétaire du maire de Sorgues en 1953, Max Bertrand devint secrétaire général de la mairie. Marié, père de deux enfants, il présida une association de parents d’élèves de 1953 à 1965.
Secrétaire de la cellule communiste d’Entraigue, il fut maire adjoint (1953-1959), conseiller municipal (1959-1965), maire de cette ville (1971-1984), conseiller municipal (1984-1995) et compta, en tout, trente-six années de mandat. Créateur et président du syndicat intercommunal des Sorgues (1971-1994), comme du syndicat intercommunal des transports scolaires, il fut également conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) de 1975 à 1984, dont quelques années vice-président.

Son cousin, Eugène Bertand, communiste, résistant (FTPF du Gard) fut exécuté et précipité dans le puits de Célas (Servas, Gard)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16546, notice BERTRAND Max, François par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 29 décembre 2017.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Questionnaire biographique rempli par M. Bertrand le 6 octobre 2004 ; lettre du 18 octobre 2004. — Note d’André Balent.

ICONOGRAPHIE : Photo d’identité, fonds Maitron, 04106.

Version imprimable Signaler un complément