LOTH (également LHÔTE ou LOTHE) Jean-Baptiste, Victor [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Né vers 1819, maire de Saint-Thiébaud (Jura), J.-B. Loth fut forcé de s’exiler à Londres au lendemain du coup-d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Ses enfants demandèrent et obtinrent une pension au titre de la loi de réparation nationale de 1881. Arthur et Louise Loth, qui résidaient alors à Perryville (Louisiane), se virent attribuer chacun une pension annuelle de 100 F.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article164358, notice LOTH (également LHÔTE ou LOTHE) Jean-Baptiste, Victor [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 22 septembre 2014, dernière modification le 22 septembre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : AN, F15 4042, dossier 79, et BB30 399 ; Denise Devos, La Troisième République et la mémoire du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, Paris, Arch. nat., 1992.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément