RAVERA Henri

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

Né le 4 février 1919 à Paris (XIVe arr.), mort le 13 août 1985 à Paris (XIVe arr.) ; ajusteur puis journaliste ; militant communiste ; résistant ; conseiller municipal (1945-1985), maire adjoint (1953-1964) puis maire (1964-1985) de Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine), conseiller général de la Seine (1964-1967) puis des Hauts-de-Seine (1967-1982).

Les parents d’Henri Ravera, René Ravera et Margueritte née Perrin, étaient teinturiers. Il s’étaient établis à Bagneux en 1890. En 1947, René Ravera était membre du Parti communiste. Henri Ravera avait un frère, René, menuisier et membre du PCF en 1947. Henri Ravera était titulaire du certificat d’études primaires. Ajusteur P1, il travailla en 1937 chez Bussière et Noël, rue des Plantes (XIVe arr.) puis entra l’année suivante chez Gnome et Rhône. Il adhéra à la CGT dès 1934 et rejoignit le Parti communiste en 1937, dans une cellule d’entreprise du XIVe arr. Appelé pour le service militaire en novembre 1939, il servit comme 1re classe dans une unité motorisée et fut décoré de la Croix de guerre. Après sa démobilisation en octobre 1942, il se fit embaucher à la SNCASO à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) où il reprit contact avec des militants communistes. Il milita alors aux Jeunesses communistes clandestines. Il fut également chargé de l’activité syndicale, d’abord sous le couvert du syndicat légal, comme trésorier, puis au sein du syndicat clandestin, dont il fut secrétaire peu avant la Libération. Membre du Front national et des Milices patriotiques, Il participa à la libération de Bagneux, sur la barricade de la rue des Blains, et à la reprise de la mairie.

Après la Libération, Henri Ravera devint membre du comité puis du bureau de la section communiste de Bagneux. Il suivit une école fédérale du PCF à Ivry, en novembre 1945. En 1945, il fut également élu conseiller municipal, mandat qu’il conserva durant quatre décennies. Dans cette fonction, il se consacra, avec André Cartayrade, à relancer le Club olympique municipal de Bagneux (COMB) dont il devint le président, ainsi que le président de la section cycliste FSGT. Lui-même sportif et coureur cycliste, Henri Ravera s’était illustré lors de diverses courses amateurs de haut niveau. Parallèlement, il contribua à la constitution de l’UJRF à partir de 1946 et intégra le bureau de sa fédération de la Seine. Il continua de travailler à la SNCASO et y fut membre du bureau du syndicat CGT jusqu’en avril 1946, date à laquelle il devint permanent de l’UJRF. En mars 1947, Henri Ravera fut affecté au service de diffusion du journal l’Avant-Garde, puis en octobre suivant devint rédacteur de sa rubrique sportive. En novembre 1947, il suivit les cours de l’école centrale de journalisme du PCF. Bien que les évaluateurs aient recommandé de lui confier des tâches politiques plutôt que journalistiques, il conserva son poste et couvrit notamment le Tour de France en 1948. En mars 1949, il quitta l’Avant-Garde pour devenir maquettiste de la page sportive du quotidien Ce Soir mais dut quitter ce travail dès le mois suivant. Il fut alors affecté sur un poste d’attente à la section d’organisation du PCF, comme collaborateur d’Auguste Havez. En octobre 1950, il devint rédacteur à Miroir Sprint. Envisagé comme responsable de la rubrique sportive de l’Humanité dès mars 1950, il intégra finalement le journal au début de l’année 1951.

À Bagneux, Henri Ravera avait continué à prendre des responsabilités. Devenu maire-adjoint en 1953, il quitta l’Humanité pour se consacrer à ce mandat et à ses fonctions de secrétaire de la section communiste. En 1964, après la mort d’Albert Petit, Henri Ravera fut élu maire de Bagneux. Il fut constamment réélu jusqu’en mai 1985, date à laquelle il démissionna de son mandat. Jeannine Jambu lui succéda et il fut alors fait maire honoraire. Henri Ravera prit également la suite d’Albert Petit comme conseiller général du canton de Bagneux, d’abord pour le département de la Seine puis des Hauts-de-Seine, de 1967 à 1982. Enfin, il fut également candidat du PCF aux élections législatives de 1967 à 1981.

Marié à Aurélie Noël, Henri Ravera était père de deux enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article163428, notice RAVERA Henri par Paul Boulland, Claude Pennetier, version mise en ligne le 31 août 2014, dernière modification le 31 août 2014.

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — Arch. de la fédération PCF du Val-de-Marne et de Seine-Sud (Arch. Dép. Val-de-Marne). — G. Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France, 1945-1956, Paris, L’Harmattan, 2009.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément