DAVIS Jules

Par Didier Bigorgne

Né le 14 janvier 1874 à Braux (Ardennes), mort le 13 janvier 1948 à Braux ; ouvrier métallurgiste ; militant socialiste SFIO ; maire de Braux (1936-1945).

Fils de Jean Joseph Davis, d’un ouvrier ébarbeur, et de Catherine Dury, sans profession, Jules Davis exerçait le métier d’écroutier quand il épousa Marie Ismérie Tisseront, ouvrière boulonnière, le 28 avril 1900 à Braux.

Jules Davis militait au Parti socialiste SFIO. Le 30 novembre 1919, il fut élu conseiller municipal de Braux sur la liste de son parti qui remporta la victoire. Réélu le 3 mai 1925, il devint premier adjoint au maire Emile Jevais*. Avec la mort de Jevais le 10 juin 1936, Jules Davis fut élu maire de Braux le 19 juillet suivant.

Pendant son mandat, Jules Davis rendit hommage au ministre de l’Intérieur socialiste Roger Salengro qui se suicida le 18 novembre 1936, en donnant son nom à une rue de Braux. En 1937, il signa un contrat collectif avec le personnel communal et émit un vœu pour la retraite à soixante ans. Il fit aussi voter par son conseil municipal, en 1938, des subventions pour les auberges de jeunesses afin d’assurer leur développement dans les Ardennes.

Aux élections des 10 et 17 octobre 1937 pour le Conseil général, Jules Davis fut le candidat du Parti socialiste SFIO dans le canton de Monthermé. Il obtint 1080 voix sur 3744 votants au premier tour et se désista pour le communiste Clément Pierlot* qui fut réélu au scrutin de ballottage.

À la Libération, Jules Davis retrouva son poste de maire pour quelques mois puisqu’il démissionna le 15 janvier 1945.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article163206, notice DAVIS Jules par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 10 septembre 2014, dernière modification le 10 septembre 2014.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Com. Braux (délibérations du conseil municipal, 1937-1938). — Le Socialiste Ardennais, 1919 à 1937. — Presse locale. — État civil de Bogny-sur-Meuse (commune de Braux). — État civil en ligne cote 2MIEC 81R 2.

Version imprimable Signaler un complément