BENOIT Paul, Roger

Par Annie Pennetier

Né le 30 décembre 1899 à Paris (XVIe arr.), mort le 12 décembre 1951 à Valenton (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) ; boucher à l’Assistance publique ; militant communiste ; maire adjoint de Valenton de 1945 à 1947.

Fils d’un employé, jeune militant communiste, Paul Benoit se fit remarquer en chantant l’Internationale devant le monument aux morts de Valenton, à la fin des années vingt. Il fut l’un des créateurs du patronage laïque du Val Pompadour. Le Parti communiste lui confia la direction de la liste du Bloc ouvrier et paysan (BOP) lors des élections de 1935, alors en concurrence avec la liste ouvrière prolétarienne de Vincent Bureau, ancien communiste devenu indépendant, qui gagna, et celle du socialiste Pierre Audoine.

Élu conseiller municipal de Valenton le 29 avril 1945, sur la liste d’Unité française républicaine et antifasciste, sous l’étiquette du PCF, désigné comme premier adjoint, il siégea jusqu’en 1947. La première magistrature municipale était occupée par Théodule Jourdain.

Paul Benoit s’était marié à Clichy (Seine, Hauts-de-Seine) le 26 février 1921 avec Élise Féron, conseillère municipale de Valenton de 1953 à 1965. Leur fils Roger, résistant, œuvra à la Croix-Rouge et apporta, à ce titre, une aide aux victimes des bombardements d’avril à juillet 1944 au Val Pompadour.

Mort en 1951, Paul Benoit fut enterré au cimetière de Valenton.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16273, notice BENOIT Paul, Roger par Annie Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 10 mars 2010.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1711 W 1. — Association de recherches et d’études à Valenton (AREV), Valenton des origines à nos jours, 1987. — Arch. de Paris, registres d’état civil. — Notes d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément