CUROT François [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Mineur houilleur né le 16 novembre 1874 à Waziers, canton de Douai (Nord), fils d’un ouvrier mineur et d’une ménagère, François Curot épousa le 16 septembre 1899 à Hénin-Liétard Flore Pruvot (née dans cette même ville le 16 juillet 1877).

Militant anarcho-syndicaliste, il émigra aux États-Unis à la suite d’une mise à l’index. En mai 1906, il était au nombre des « vieilles connaissances » auxquelles Benoît Broutchoux, emprisonné à Béthune le 20 mars, envoyait un fraternel salut par l’intermédiaire de L’Union des travailleurs.

En 1908, François Curot figurait toujours au nombre des abonnés de l’hebdomadaire socialiste francophone.

En 1918, il travaillait dans les mines de Bokoshe dans l’Oklahoma, où résidait également son frère Robert. Il était décrit comme de taille et de corpulence moyennes.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article161610, notice CUROT François [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 9 juillet 2014, dernière modification le 12 juin 2018.

Par Michel Cordillot

SOURCE : L’Union des travailleurs, 10 mai 1906, 11 juin 1908. – Registrar’s report, county of Le Flore. – Note de Philippe Mayné

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément