CAUVIN Léon [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Mineur français émigré aux Etats-Unis sans doute à la suite d’une mise à l’index, Léon Cauvin travaillait en 1908 à Everist (Iowa). Ex-membre de la section de Lens de la Fédération des mineurs du Pas-de-Calais, militant anarcho-syndicaliste, il écrivit à Benoît Broutchoux pour lui faire savoir qu’après un mois de grève, la journée de huit heures était désormais effective. Il insistait sur le fait que les ouvriers mineurs étaient respectés par le porion et le menadier, lui annonçant en outre que les cartes de transfert délivrées par la Fédération syndicale des ouvriers mineurs et similaires du Pas-de-Calais étaient considérées comme unionistes et automatiquement acceptées par le syndicat des mineurs, alors que celles délivrées par le « vieux » syndicats étaient tenues pour nulles et non avenues.

En 1913, Léon Cauvin avait déménagé à Frontenac (Kansas). Contacté à l’occasion d’une tournée de propagande par Maurice Bulot et Victor Massart, il versa son obole à la souscription au bénéfice de L’Union des travailleurs.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article161195, notice CAUVIN Léon [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 7 juillet 2014, dernière modification le 7 juillet 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : L’Action syndicale, 7 juin 1908 ; L’Union des travailleurs, 9 octobre 1913.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément