Retrouvez toute l’actualité de l’élaboration du Maitron Afrique (séminaires, comité éditorial par pays, notices en cours de rédaction et recommandations aux auteurs) sur le carnet de recherche BiogrAfriq.

Go to English version
Avec le « Maitron Afrique » (Dictionnaire biographique des mobilisations et contestations africaines), nous entendons constituer une base biographique de personnalités publiques africaines, base qui décloisonnerait les aires linguistiques et les secteurs d’activités et réunirait des personnages qui se sont d’une manière ou d’une autre engagés, quel que soit le type de cet engagement : syndical, politique, littéraire ou artistique etc. Cette compilation biographique s’inscrit dans un tournant méthodologique récent des sciences sociales, favorisant la biographie sociologique et historique et la prosopographie comme outil de connaissance des mondes sociaux. La prosopographie permet de faire une histoire sociale des institutions à partir des individus et de cerner de manière plus documentée, par la statistique, un groupe social : instituteurs, femmes africaines diplômées, universitaires, classe politique, etc., ou encore de renouveler l’histoire d’une question classique grâce aux biographies collectives et à l’usage des autobiographies d’institution. Les notices réunies dans le « Maitron Afrique » portent sur des personnes mais aussi sur des organisations et institutions ou des évènements. Un comité éditorial réunit des correspondants par pays et valide toutes les notices. Nous espérons également construire une meilleure connaissance des réseaux inter ou extra-africains grâce aux liens reliant les notices et construire ainsi, à terme, une sorte de cartographie relationnelle. Nous organiserons, parallèlement à l’enrichissement de la base, des ateliers qui seront le lieu d’une réflexion partagée sur la méthode biographique. Ces ateliers réuniront, à partir de septembre 2014, des chercheurs de différentes disciplines – histoire, sciences politiques, sociologie, démographie etc – qui ont, en matière de biographies, des approches différentes. Il y sera aussi question, bien entendu, de ce que la biographie apporte à l’histoire de l’Afrique et des problèmes spécifiques posés par le fait biographique en Afrique.
Il existe déjà des dictionnaires qui regroupent des notices portant sur diverses personnalités africaines, mais malgré tout, l’Afrique reste encore dans ce domaine le parent pauvre. Bien des dictionnaires biographiques portant sur l’Afrique appartiennent encore à la « bibliothèque coloniale » ou ne recensent que des personnalités de tout premier plan, qu’il s’agisse d’hommes politiques ou d’écrivains. Dans le « Maitron Afrique », nous nous intéresserons aussi à des « obscurs », soucieuses en cela de respecter la tradition initiée par Jean Maitron lui-même qui procédait, avant la lettre, de ce qu’on appelle aujourd’hui les « subaltern studies ». Ces « obscurs », si ils sont moins connus, ont apporté de manière parfois discrète mais efficace leur contribution au mouvement social : syndicalistes, associatifs, etc. Nous souhaitons également donner une large place aux femmes, qui, en matière de biographies sont souvent ignorées ou marginalisées, qu’elles aient agi en retrait ou que l’on dispose sur elles de peu de sources.
Et, bien sûr, toute collaboration scientifique sera la bienvenue.

Contacts : johana.simeant[at]univ-paris1.fr / mepommerolle[at]free.fr / fblum[at]univ-paris1.fr


English version


With the «  Maitron Afrique », we intend to build an online database of of African mobilizations that would decompartmentalize linguistic areas and activities, and would compile activist personalities, whatever the kind of their commitments : in labor unions, politics, art and literature, etc. This biographic compilation is inscribed in a recent methodological turn in social sciences, that favors prosopography and sociological & historical biographies as useful means of knowledge on social worlds. Prosopography allows, through individual careers, to build a social history of institutions and to precisely document, through statistics, social groups : school teachers, African women with a university degree, academics, the political class, etc. Prosopography also allows to renew the history of classic questions through collective biographies and the use of autobiographies written for and in institutions. Notices compiled in the «  Maitron Afrique » bear as well on people as on organizations, institutions and events. An editorial committee for each country will validate every notice. We also intend to contribute to a better knowledge of inter- and extra- African networks through the links built between notices, and therefore build eventually a relational cartography. In parallel to the enriching of the database, we intend to organize workshops that will be a place of shared reflection on the biographic method. Those workshops will gather, from September 2014, researchers from different disciplines – history, political science, sociology, anthropology, demography, etc., as each discipline has its own approaches of biographies. Questions such as what biography might bring to the history of Africa, and the specific issues raised by biography in Africa, will of course be considered.
If dictionaries including notices about diverse African personalities do exist, however Africa still remains the poor relation of this domain. Many biographical dictionaries bearing on Africa still belong to the «  colonial library » or compile only first rank personalities, such as politicians or writers. In the «  Maitron Afrique », we also will consider « humble people », eager to extend the intellectual tradition impulsed by Jean Maitron, who himself participated in a way, before the term was coined, to « subaltern studies ». The « humble », if not so famous, have sometimes discretely but efficiently contributed to social movements : activist in associations or trade unions, etc. We also intend to give a significant place to women, who, in biographic matters, are often ignored or put aside, whether they would have taken action background or having been marginalized, or that fewer sources on them would be available.
Any scientific collaboration is welcome !

Contacts : johana.simeant[at]univ-paris1.fr / mepommerolle[at]free.fr / fblum[at]univ-paris1.fr

Françoise Blum, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Johanna Siméant

Version imprimable de cet article Version imprimable