RICHARD André, Jean

Par Jacques Girault

Né le 14 septembre 1908 à Paris (XVe arr.), mort le 22 mai 1999 à Carpentras (Vaucluse) ; professeur ; militant socialiste dans le Vaucluse.

Fils d’un sous-brigadier à l’Octroi de Paris et d’une cigarière, André Richard, élève du lycée Michelet à Vanves jusqu’en 1922, fréquenta le lycée de Valence (Drôme) où il obtint le baccalauréat, « série sciences mathématiques élémentaires » en 1926. Élève de Première supérieure au lycée du Parc à Lyon (1926-1928), il obtint la licence ès lettres-anglais à la Faculté des Lettres de Lyon en 1929 (certificats d’études littéraires classiques en 1927, de littérature étrangère et d’études pratiques en 1928, de philologie en 1929) après avoir été, en 1928-1929, assistant à Aberdeen en Écosse). Il réussit au diplôme d’études supérieures en 1932 à Lyon.

Richard fut nommé professeur délégué d’anglais au collège de Romans (Drôme) en 1929. Après son service militaire (octobre 1929-mars 1931), après avoir été répétiteur stagiaire au lycée de Digne (Basses-Alpes/ de Haute Provence), il obtint un poste de professeur au collège de Mende (Lozère) où il enseigna les lettres et l’anglais à partir d’octobre 1931. Il obtint un poste de professeur au collège Jean-Henri Fabre à Carpentras, nomination qui fut facilitée par l’intervention du sénateur-maire d’Avignon.

Richard se maria en août 1933 à Tulette (Drôme) avec une fille de notaire, sans profession lors du mariage qui devint par la suite secrétaire d’un clerc de notaire. Le couple eut un enfant puis divorça. Richard se remaria en octobre 1961 à Carpentras avec une clerc de notaire.

Richard adhéra au Parti socialiste SFIO en 1928 et milita dans les sections des villes où il enseigna.

Mobilisé en septembre 1939, fait prisonnier lors de l’offensive allemande, il fut prisonnier de guerre au stalag III D Berlin jusqu’au 25 juin 1945.

En 1946, militant de la section socialiste SFIO de Carpentras, il écrivit à la direction du Parti en mai pour donner un avis sur la constitution tout en regrettant la place trop réduite de l’outre-mer.

Son établissement devint lycée en 1949. Fabre, militant de la section du Syndicat national de l’enseignement secondaire, y enseigna jusqu’à sa retraite en 1968. Il habitait alors place Henri Dunant et collaborait Rencontres, revue mensuelle des arts, lettres, spectacles et autres domaines artistiques de la région carpentrassienne. En 1971, il écrivit deux articles l’un sur la poste l’autre sur la Croix-Rouge et en 1979, il évoqua la présence de Jean-Henri Fabre à Carpentras.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article160058, notice RICHARD André, Jean par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 juin 2014, dernière modification le 21 juin 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17 29261. — Arch. OURS, Fédération SFIO du Vaucluse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément