BAUJARD Lucien, François

Par Michel Dreyfus

Né le 11 octobre 1906 à Saint-Jean-de-Trézy (Saône-et-Loire), mort le 3 septembre 1983 à Briare (Loiret) ; électricien ; président du Comité local de Libération d’Alfortville ; conseiller municipal communiste d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne) de 1944 à 1959 ; secrétaire général du syndicat CGT EDF d’Ile-de-France-Est.

Lucien Baujard, fils d’un vigneron et d’une mère sans profession, était avant la Seconde Guerre mondiale militant syndical CGT à la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE) ou Est-Lumière selon les sources, et membre du Parti communiste. Il intervint à la conférence nationale de décembre 1943 de la Fédération « légale » de l’Éclairage. Il proposa alors de reprendre la revendication votée le 6 novembre par son syndicat, une augmentation de salaire de 1 000 F par mois. Cette intervention, applaudie par l’assistance, fut adoptée « car elle [touchait] au portefeuille » ce qui, souligna Baujard, ne signifiait pas l’adhésion des délégués à la Fédération « illégale ».

En janvier 1945, Lucien Baujard qui habitait alors à Alfortville était avec Guy Delaunay (né le 28 décembre 1911 à Paris, Ier arr.), secrétaire permanent du syndicat des employés et contremaîtres des secteurs électriques de la Région parisienne. Cette organisation décida, en avril 1948, lors de son assemblée générale, de fusionner avec le syndicat du personnel de la Compagnie du Gaz de Paris : Lucien Baujard devint secrétaire adjoint de la nouvelle organisation, le syndicat du personnel des industries énergétiques de la région parisienne (éclairage, chauffage, force motrice). Lors du XVIe congrès de la Fédération CGT de l’Éclairage (septembre 1946), Lucien Baujard avait été élu suppléant au comité fédéral en tant que représentant de la Région parisienne mais il ne semble pas avoir exercé de responsabilité syndicale à partir du congrès suivant.

Président du Comité local de Libération, il siégea au conseil municipal provisoire à Alfortville le 19 août 1944 et à la délégation spéciale selon l’arrêté préfectoral du 4 novembre 1944 (présidence Eugène Gauchard).

Élu conseiller municipal communiste le 13 mai 1945 avec 7 438 voix sur 10 238 votants (municipalité Eugène Gauchard), il fut réélu le 19 octobre 1947 et le 21 janvier 1957, en remplacement de Malleret-Joinville (municipalité Raoul Bleuse). Son mandat prit fin en 1959. Il était en troisième postion de la liste communiste, dirigée par Jean Roche, qui fut battue aux élections municipales du 15 mars 1959.

Après 1956, Lucien Baujard fut secrétaire général du syndicat d’Ile-de-France-Est. Il représenta la Fédération de l’Énergie dans plusieurs commissions secondaires de la région parisienne et à la commission nationale des rentes. Il prit sa retraite dans les environs d’Orléans (Loiret) où il continua d’assumer des responsabilités syndicales pour la défense des retraites. Il s’était marié le 14 juin 1930 à Alfortville avec Georgette Robin.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15947, notice BAUJARD Lucien, François par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 10 septembre 2013.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Alfortville, listes électorales. — Arch. Paris, W 1070, n° 2093. — Arch. FNE-CGT. — B. Weiss, La Fédération légale de l’Éclairage CGT (1936-1944), mémoire de maîtrise, Paris VII, 1995. — Renseignements fournis par Pierre Delplanque, Emmanuel Hagen et Nathalie Viet-Depaule. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément