BLONDEAU Bernard, Sylvain [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Né à Tours (Indre-et-Loire) le 27 avril 1813, menuisier ; marié et père de deux enfants ; cabétiste et ami de Blanqui ; parti aux États-Unis par ses propres moyens ; membre avec sa famille des communautés de Nauvoo, il suivit Cabet à Saint Louis et fut élu président de la communauté de Cheltenham.

Disciple de Cabet, Bernard Blondeau entra en contact avec Blanqui en 1844, lorsque celui-ci fut hospitalisé à Tours. En mars 1846 il fut au nombre des fondateurs de la Société mutuelle de l’Union générale, dont Blanqui aurait rédigé les statuts. Il fut aussi, avec le surnom de « Chaise à porteur », l’un des membre de la Société chantante des Fils du Diable, qui, si l’on en croit Cabet, aurait été créée pour contrebalancer son influence à Tours.

Compromis lors des émeutes frumentaires du 24 novembre 1846, Bernard Blondeau fut inculpé. Laissé en liberté, il comparut au procès de Tours le 1er mars 1846, puis fut renvoyé à celui de Blois. Le 29 avril 1847, il fut condamné à un mois d’emprisonnement.

Bernard Blondeau quitta la France le 13 novembre 1848 par ses propres moyens, et arriva aux États-Unis le 13 janvier suivant. Il était accompagné par son épouse (Lucie Simonneau née à Tours vers 1821) et leurs enfants Léonie Louise et Jules Prosper (nés à Tours les 11 novembre 1843 et 27 août 1845). En dépit de l’échec subi au Texas par les deux premières Avant-gardes, il décida de suivre Cabet à Nauvoo (Illinois) en mars 1849. En novembre 1849, janvier 1850, janvier et mai 1851, il signa, tout comme son épouse, les textes de soutien sollicités par le fondateur d’Icarie, qui se trouvait alors en butte à une forte opposition au sein de la communauté.

En 1852, Lucie Blondeau mourut du choléra, de même que le garçon prénommé Eugène auquel elle avait donné naissance en 1850. Le 31 juillet 1852, Bernard Blondeau demanda la citoyenneté américaine. Sans doute remarié, il figurait en juillet 1854, avec son épouse (blanchisseuse) et sa fille sur la liste des membres de la communauté.

En 1856, il resta fidèle à Cabet, dont il prit publiquement la défense au cours de l’assemblée du 12 mai. Il partit avec les minoritaires à Saint Louis, puis à Cheltenham (Missouri), où il fut ultérieurement élu président de la communauté.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article159390, notice BLONDEAU Bernard, Sylvain [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 3 juin 2014, dernière modification le 3 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : BN, Papiers Cabet, Nafr. 18 148, f. 209. — AD Indre-et-Loire, Registres d’écrou, 2Y/340-1047 et 2Y/161-491. — Naturalization Records, Hancock County, Ill. — Federal census 1850. — Le Populaire de 1841, 1er juillet 1849 entre autres. — É. Cabet, Le Voile soulevé sur le procès communiste à Tours et Blois, Paris, Bureau du Populaire, mai 1846. — Les Communistes à Tours, réflexions sur leur procès. Persécution de police à Blois, Blois, imprimerie de Félix Jahyer, 1846. — Colonie icarienne, 26 juillet, 27 septembre, 4 octobre 1854. — É. Cabet, Guerre de l’opposition, août 1856, p. 63-64. — Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Paris, Cornély & cie, 1907, p. 397, 425. — Fernand Rude, « Allons en Icarie ». Deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, PUG, 1980, p. 173. — Maurice Dommanget, Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de 1848. Premiers combats et premières prisons, Paris, Mouton, 1969. — Jeanine Labussière, « La décennie décisive (1840-1851) », in Histoire de Tours, Toulouse, Privat 1985. — L.-A. Blanqui, Œuvres. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par Dominique Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — CDRom Maitron. — Notes de Jean Risacher, Robert Sutton et François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément