EUDE Gérard, Roland

Par Jacques Defortescu

Né le 9 janvier 1939 à Gonfreville l’Orcher (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; militant politique et syndical, comptable à EDF/GDF ; conseiller général de Seine-Maritime, maire d’Harfleur (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).

Inauguration de la résidence des 104 en 1977 (deuxième à partir de la gauche)

Gérard Eude était le fils de Georges Eude, maraîcher puis magasinier dans une grande entreprise de l’agglomération havraise l’AHE, anciens établissements Schneider, spécialisés dans le matériel d’artillerie. Sa mère, Juliette Beurlion fut également maraîchère.

Gérard Eude suivit une formation technique commerciale. Il passa un CAP d’aide Comptable, puis un Brevet d’enseignement commercial au Collège technique Jules Siegfried (Le Havre) en 1955-1956.

De 1953 à 1959, Gérard Eude fut un militant actif du foyer de jeunes d’Harfleur. C’est en 1957 qu’il fit ses premières armes dans la production à EDF/GDF comme comptable. Il adhéra aussitôt à la CGT. En 1964 il suivit les cours de la « formation ouvrière » EGF devenant ainsi agent de maîtrise.
En 1970, il rentra au Conseil syndical de l’EDF/GDF au Havre, puis il fut élu en 1974 Secrétaire du Groupement des Cadres (GNC) à la CGT de l’EDF/GDF. Élu également au comité mixte à la production et à la commission secondaire d’EDF/GDF. En 1972, il fut élu président de la Caisse d’Action Sociale (CAS) de l’EDF (l’équivalent du Comité d’Entreprise) Il assura cette fonction jusqu’en 1977, date à laquelle il bénéficia d’un détachement politique comme maire d’Harfleur.

Appelé au service militaire en janvier 1959, il fut envoyé en Algérie de septembre 1960 à juin 1961. À son retour, très marqué par la guerre, il rejoignit les rangs du PCF. Il suivit alors les formations politiques du PCF, il fit l’école centrale d’un mois en 1972, et fut élu au comité fédéral du PCF de Seine-Maritime.

En 1965, il fut élu conseiller municipal d’Harfleur, près du Havre. Il participa, à ce titre à la décision de la ville d’Harfleur du rattachement d’une partie du quartier de Caucriauville qui représentait plus de 2 000 habitants, à la ville du Havre après une consultation de la population. Ce rattachement se fit en 1971. En 1977, il succéda à Albert Duquesnoy comme maire d’Harfleur jusqu’en 2003.

Son mandat de maire d’Harfleur fut marqué par une intense activité. Outre qu’il restaura la fête de la Scie qui a lieu tous les ans en avril et qui reçut quelque 20 000 visiteurs, dans les années 1980, il mena une action acharnée contre les expulsions, qui se confirma en 1989 par un arrêté municipal, jugé illégal par le tribunal administratif. En 1991 il fut à l’initiative de la création d’un Comité expulsion d’Harfleur avec création d’un numéro de téléphone "anti-expulsion". Le 29 octobre celui-ci s’opposa physiquement aux huissiers et aux expulsions.Le 8 décembre il fit une assemblée débat avec les associations et la population sur le thème des expulqions locatives. Gérard Eude mena également une action de longue haleine pour la sauvegarde du patrimoine et la restauration de l’habitat ancien. Il lutta de manière très importante pour la défense de l’environnement avec la protection des rivières et la réfection des berges de la Lézarde à Harfleur et Gonfreville l’Orcher, la coulée verte de Fleurville et la création des jardins ouvriers du Colmoulins. Il s’impliqua fortement dans les jumelages avec Bramsche (RFA basse Saxe) Lindow (ex RDA) et Rollo (Burkina Faso province du Bam). Il favorisa le renforcement des actions pour la paix. C’est ainsi que La ville d’Harfleur adhéra à l’association nationale des communes pour la paix. Son mandat fut aussi marqué par la création du musée du Prieuré, du pôle administratif de Beaulieu, d’un centre pour la petite enfance « Françoise Dolto ».

Élu conseiller général de Seine-Maritime du canton de Gonfreville l’Orcher en 1983, succédant à Jacques Eberhard dont le canton, englobant alors Montivilliers, avait été passablement modifié, jusqu’en 2004, ou il fut remplacé par François Guéguan, lui-même devenu maire d’Harfleur en 2003.

Gérard Eude eut trois enfants d’un premier mariage, il se remaria le 19 juin 1999 avec Martine Malsoute, infirmière diplômée d’état, elle-même militante en milieu hospitalier.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article158881, notice EUDE Gérard, Roland par Jacques Defortescu, version mise en ligne le 15 mai 2014, dernière modification le 4 juin 2019.

Par Jacques Defortescu

Inauguration de la résidence des 104 en 1977 (deuxième à partir de la gauche)
Gérard Eude en 2002
Gérard Eude en 2002
En 2012
En 2012

SOURCES : Questionnaire rempli par Gérard Eude le 28 avril 2014. — Fil rouge, revue de l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Seine-Maritime, n° 49, automne 2013. — « Quelque part, ça laisse des traces. Histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre » Publication des Universités de Rouen et du Havre, 2003. — « Raconte-moi Caucriauville » de Jacques Simon, éditions Jacquesimon-normandie-éditions, avril 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément