POCHARD Henri

Par Alain Dalançon

Né le 1er juillet 1909 à Chambéry (Savoie), mort le 22 décembre 1997 à Nice (Alpes-Maritimes) ; professeur agrégé de mathématiques ; militant syndicaliste du SNES, membre du bureau national (1954-1958), secrétaire général adjoint, secrétaire du S3 de Nice ; président de l’APMEP (1950-1952).

Fils de Paul, Gustave Pochard et de Clotilde, Léontine Avenier, tous deux professeurs, Henri Pochard connut très peu son père « tué à l’ennemi », le 7 octobre 1915 à Cuperly (Marne), alors qu’il était sous-lieutenant au 297e Régiment d’Infanterie.

Pupille de la nation, il obtint le baccalauréat en 1925, intégra l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1928, réussit l’agrégation de mathématiques en 1931, puis bénéficia d’une bourse de doctorat en 1931-1932 à l’ENS. Il épousa Marcelle, Louise Toursel, le 30 juillet 1931 à Paris (XVIe arr.), avec laquelle il eut six enfants.

Après son service militaire, terminé comme sous-lieutenant à l’École d’application d’artillerie de Fontainebleau (Seine-et-Marne), il fut nommé professeur au lycée de garçons de Carcassonne (Aude) en 1933, puis muté en 1936 au lycée du Parc à Lyon (Rhône) où son épouse, reçue à l’agrégation féminine de mathématiques en 1933, fut affectée au lycée de jeunes filles. En 1937, le couple intégra le cadre parisien, lui au lycée Condorcet à Paris, elle à l’annexe pour jeunes filles du lycée Hoche de Versailles, installée rue Gounod, à Saint-Cloud (Seine-et-Oise/Hauts-de-Seine), où ils habitèrent jusqu’en 1954.

Mobilisé de septembre 1939 à août 1940 dans l’artillerie en première ligne, il demanda à être radié des cadres des officiers de réserve en 1949, ayant atteint l’âge de 50 ans ouvrant droit à pension de retraite.

Auteur de plusieurs manuels de mathématiques depuis 1941, Henri Pochard présida l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public de 1950 à 1952, alors qu’il était directeur de stage d’agrégation. Ancien adhérent du Syndicat des professeurs de lycées de garçons et de l’enseignement secondaire féminin avant-guerre, il militait en même temps au Syndicat national de l’enseignement secondaire dans la tendance majoritaire « autonome ». Membre de la commission administrative nationale de 1954 à 1964 et du bureau national de 1954 à 1956, il occupa des fonctions importantes dans l’exécutif national (S4) : secrétaire général adjoint en 1954, secrétaire de la catégorie des agrégés en 1955-1956 et secrétaire adjoint de la commission pédagogique (hors bureau), chargé de la réforme de l’enseignement en 1956-1957. Il porta le mandat du SNES de défense de la qualité de l’enseignement secondaire et s’opposa au projet de réforme Billères, en accord avec la Société des agrégés dans laquelle il avait toujours été actif et dont la présidence passa à cette époque de Pierre Sénécat à Jean Marchais, eux-mêmes dirigeants du SNES, Sénécat étant en 1956 secrétaire de la commission pédagogique.

En 1955, le couple Pochard obtint sa mutation à Nice. Il fut d’abord nommé au lycée du Parc impérial, en classe préparatoire aux écoles nationales des ingénieurs des Arts et Métiers, qui fut transférée en 1964 au nouveau lycée technique d’État « Les Eucalyptus » où il fut affecté jusqu’à sa retraite prise en 1969.

Il était en même temps élu à la commission administrative paritaire nationale des agrégés, suppléant de 1955 à 1963 puis titulaire de 1963 à 1968. En 1962, après le décret du 29 novembre 1961 alignant les maxima de service des professeurs des classes de mathématiques spéciales et supérieures sur ceux des professeurs des classes préparatoires littéraires, il présenta un vœu en CAPN, pour demander, conformément à la revendication du SNES, l’extension de cet alignement aux professeurs des classes préparatoires aux ENIAM.

Au moment de la création de l’académie de Nice en 1965, Henri Pochard fut le premier secrétaire de la section académique (S3) du SNES, responsabilité qui échut peu de temps après à Michel Demont.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article158768, notice POCHARD Henri par Alain Dalançon, version mise en ligne le 8 mai 2014, dernière modification le 12 février 2018.

Par Alain Dalançon

ŒUVRE : Auteur, seul ou en collaboration, de nombreux manuels de mathématiques réédités de 1941 à 1971 par les éditions Delagrave puis Gauthier-Villars (33 références dans le fichier de la BNF)

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 29932. — Arch. IRHSES (SNES:CAPN, L’Université syndicaliste). — État civil de Nice. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément