PESCHIER Marc, Frédéric

Par Pierre Bonnaud

Né le 12 septembre 1910 à Largentière (Ardèche), mort le 19 décembre 1994 à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) ; notaire ; lieutenant de l’Armée Secrète dans la Résistance puis FTPF ; membre du comité local de Libération ; maire et conseiller général communiste de Vallon-Pont-d’Arc ; président départemental de l’ANACR.

Fils unique de Marius Peschier, notaire à Vallon (Ardèche) et de Marcelle Bastidon, Marc Peschier naquit dans un milieu familial de tradition protestante. Son enfance fut marquée par un drame familial : il perdit sa mère, victime de l’épidémie de grippe espagnole, alors qu’il était âgé de huit ans. Il fut élevé par sa tante, madame Sully-Eldin, épouse du député-maire socialiste de la localité, Paul Eldin et par la deuxième épouse de son père, Rose Ozil.

Marc Peschier fut élève au lycée de Nîmes où résidaient les Sully-Eldin. Elève rebelle, il n’acheva pas ses études secondaires. Sur injonction paternelle, après son service militaire, il prépara le diplôme du notariat. Clerc de notaire de 1936 à 1938, (Maître Boissier, notaire à Largentière, suppléa Marius Peschier décédé en 1936), il obtint son diplôme et succéda à son père à Vallon.

Proche du milieu socialiste par ses attaches familiales, mais esprit libre, Marc Peschier n’avait pas de véritable engagement politique dans la période du Front populaire. Il avait épousé en 1936 Andrée Radal dont il eut une fille. À l’automne 1939, son épouse se tua dans un accident de voiture alors qu’elle rentrait de la côte méditerranéenne où Marc Peschier avait été mobilisé. De retour à Vallon après la défaite et l’armistice, Marc Peschier rencontra une enseignante en poste au cours complémentaire de la localité : il épousa Yvette Garayt ( voir Yvette Peschier née Garayt) le 27 décembre 1941 à Apt, dans le Vaucluse.

Hostiles à Pétain et à l’Allemagne nazie, Marc et Yvette Peschier s’engagèrent dans la Résistance locale, en Basse-Ardèche. Marc utilisa son véhicule et son permis de circuler notarial pour assurer les liaisons et le ravitaillement de l’un des premiers maquis FTP installés dans les bois d’Orgnac à la fin de 1943. En contact étroit avec leurs amis Pierre et Huguette Ollier de Marichard*, Marc et Yvette Peschier s’affilièrent à l’Armée Secrète (secteur D, Ardèche du sud). En mai1944, Marc Peschier participait au commandement du groupe 6/11 de l’AS avec le grade de lieutenant. Lors de l’occupation du village par l’armée allemande en août, il fut placé à la tête d’un détachement stationné à l’entrée des gorges de l’Ardèche.

Son parcours dans la Résistance conduisit Marc Peschier à adhérer au communisme. Il
se situa sur les mêmes positions que celles de ses amis de l’AS qui rallièrent les groupes FTP du commandant Ravel (Augustin Ollier*) au début du mois d’août 1944. Il devint membre du comité local de Libération de Vallon et assura dans les mois qui suivirent la présidence du Comité cantonal.

Jusqu’à la fin du siècle, Marc Peschier demeura l’un des très rares membres de sa corporation adhérent du Parti communiste. Les pressions et les manœuvres des autorités pour le faire céder sur ses convictions ne firent pas défaut. Alors que la Guerre froide battait son plein, les renseignements généraux diligentèrent à la demande des autorités préfectorales une enquête sur les anciens FTP ardéchois. Dans leur rapport du 14 février 1951, ils relevaient le nom de « Peschier Marc, notaire, militant des combattants de la Paix » avec les remarques suivantes : « La région de Vallon, excentrique, se prête à une action clandestine, d’autant que ce canton, de tradition protestante, comporte de nombreux communistes et d’anciens FTP » … « (…) M. Ollier (ex commandant Ravel) attache pour certaines décisions beaucoup d’attention à l’avis de M. Peschier ».

Au printemps 1956, après le vote des pouvoirs spéciaux et le retournement de Guy Mollet sur la question algérienne, le Parti communiste engagea une campagne qui marquait son opposition à l’engagement du contingent dans le conflit colonial. Celle-ci trouva un écho particulier en Ardèche où plusieurs manifestations retardèrent symboliquement le retour de rappelés dans leurs régiments. (Voir les noms de Berge Marcel, Boiron Ernest, Corbier Yves, Renoux Pierre). Dans la région de Vallon, le 25 juin 1956, Marc Peschier participa publiquement à l’une de ces manifestations. Le 24 juillet 1956, le procureur de la République écrivait au Président de la chambre départementale des notaires : « Comme suite à nos diverses conversations concernant l’affaire des incidents de Vallon (…) j’ai l’honneur de vous faire connaître que, pour cette fois-ci mon parquet n’estime pas devoir engager de poursuites disciplinaires contre Me Peschier, notaire à Vallon, mais qu’il n’en demeure pas moins que cet officier ministériel mérite d’être rappelé à l’ordre, ayant manqué à la discrétion qui s’attache aux fonctions qu’il exerce dans ce canton.

J’ai l’honneur de vous prier de vouloir faire à votre confrère les représentations nécessaires et l’inviter à l’avenir à ne pas réitérer pareils actes, sous peine de sanctions. »

Marc Peschier fut à diverses reprises candidat sur les listes du PCF aux élections municipales de son village. En mars 1945, il recueillit 433 voix au premier tour et ne fut pas élu. La liste socialiste concurrente emporta l’élection. En 1959, 1965, 1971, Marc Peschier figurait sur la liste d’union de la gauche conduite par le maire sortant, le socialiste Henri Ageron. Il fut élu conseiller. Son score ne cessa de progresser (753 voix en 1971 pour 1265 inscrits, 1037 votants et 962 voix exprimées). Il devint premier adjoint au maire et en 1977, conduisit la nouvelle liste d’union aux municipales. Avec 821 voix, il obtint l’un des meilleurs scores de la liste et fut élu maire de Vallon-Pont-d’Arc. Par ailleurs, Marc Peschier fut élu conseiller général de 1976 à 1982. Gestionnaire compétent, il ne chercha cependant pas à exercer des responsabilités dans la durée. En 1983, Marc Peschier ne se représenta pas et se retira de la vie publique. Le communiste Francis Rochette lui succéda dans la fonction de maire.

L’attachement de Marc Peschier à l’esprit de la Résistance ne se démentit jamais. Dans les dernières années de sa vie, devenu président départemental de l’ANACR, il se plut à expliquer dans un discours public (le 8 mai 1992) pourquoi la place de la Mairie de son village portait le nom de Place de la Résistance, évoquant notamment ses souvenirs personnels du défilé patriotique du 14 juillet 1944 conduit par ses amis Pierre Ollier de Marichard et Jean Roume alors que dans la région Allemands et miliciens continuaient d’exercer la terreur.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article158463, notice PESCHIER Marc, Frédéric par Pierre Bonnaud , version mise en ligne le 3 mai 2014, dernière modification le 14 mars 2017.

Par Pierre Bonnaud

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 668 W 96. — Arch. Dép. Ardèche 70J (fonds du musée départemental de la Résistance). — ONAC Ardèche, dossier CVR. — Les conseillers généraux du département de l’Ardèche, publication du service des assemblées du conseil général de l’Ardèche, Privas, 1992. — La Voix du peuple de l’Ardèche ; la voix de l’Ardèche (1944-1947). - Le Dauphiné libéré, (1945-1995). — Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la guerre, t. III, Valence, 1981. — Dossier électoral, mairie de Vallon. — Archives privées et témoignage d’Yvette Peschier.

Version imprimable Signaler un complément