BARTHELEMY Charles [Haute-Saône]

Par Jean-Claude Grandhay

Né le 9 février 1901 à Apremont-sur-Aire (Ardennes), mort le 17 janvier 1972 à Vesoul (Haute-Saône) ; ouvrier mouleur ; membre du secrétariat de l’UD-CGT de Haute-Saône ; militant communiste.

Charles Barthélemy était le fils de Henri Auguste et de Angéline Berthe Colas. Cette famille ouvrière s’établit à Vesoul (Haute-Saône) durant la Première Guerre mondiale. À l’âge de quinze ans, Charles Barthélémy entra aux Établissements Dollé, usine fabriquant essentiellement des machines agricoles, et il y apprit le métier de mouleur, ne tardant pas à devenir un ouvrier hautement qualifié. Après la fermeture de cette usine, il travailla comme employé aux PTT. Marié avec Marie-Thérèse, Eugénie Durand, le ménage eut trois enfants.
Charles Barthélémy fut de ceux qui fondèrent en 1930 le syndicat CGTU des métaux de Vesoul, dont il fut le secrétaire avant d’être désigné comme secrétaire départemental des métaux. Après avoir œuvré en faveur de la réunification syndicale, il se retrouva secrétaire adjoint de l’Union départementale réunifiée au mois de janvier 1936 avec Lucien Brice*. Il fut l’un des animateurs des mouvements de grève, notamment dans la métallurgie durant les années 1936-1937. Il fut réélu membre de la commission administrative de l’UD-CGT en décembre 1936 puis à nouveau en janvier 1939.
Pendant l’occupation, il se rangea du côté de la Résistance, hébergeant à l’occasion des responsables du Front national comme Marcel Mugnier*. À partir du mois d’octobre 1943, il collabora aux travaux du comité ouvrier de secours immédiat (COSI).
Le 13 septembre 1944, le lendemain de la libération de Vesoul, Charles Barthélémy participa à la première séance du Comité départemental de Libération de la Haute-Saône. Cet organisme, ignorant sans doute la vraie nature du COSI qui n’était autre, nationalement, qu’une officine de recrutement des partis de la collaboration en milieu ouvrier, peut-être aussi à cause du passé militant de tous les membres, dont justement Charles Barthélémy, participait à ses travaux, se borna dans sa séance du 20 septembre 1944 à estimer « que le COSI dont les fonds provenaient en partie de la confiscation des biens israélites, doit cesser de fonctionner ». Le 21 septembre, il rappelait « à M. le Préfet que le COSI fonctionnait grâce à la vente des biens israélites. Il demanda la mise sous séquestre de tout l’avoir mobilier et immobilier du COSI et la suppression de cet organisme allemand ». À compter du 22 décembre 1944, se retranchant derrière ses obligations au sein de l’UD-CGT, Charles Barthélémy démissionna du CDL et fut remplacé par un autre syndicaliste CGT, René Nauroy.
Le 24 avril 1947, Charles Barthélémy fut élu membre du conseil d’administration des caisses primaires de sécurité sociale de la Haute-Saône, élu secrétaire de cet organisme le 25 septembre 1949. Il fut réélu membre de ce conseil d’administration en 1950.
Secrétaire adjoint du syndicat CGT des métallurgistes de Vesoul, Charles Barthélémy fut membre titulaire de la CA de l’UD-CGT de la Haute-Saône en 1947, réélu en mars 1948 avec trois autres secrétaires jusqu’en 1950. En qualité d’ex-confédéré, il assista au comité confédéral national de mars 1956, réuni à Toulouse pour célébrer le 20e anniversaire du congrès d’unité. Il fut également jusqu’à son remplacement par Robert Depoulain au mois d’avril 1951 président de l’association des Vieux travailleurs de Vesoul.
Charles Barthélémy fut candidat du PCF le 20 avril 1958 dans le canton de Marnay recueillant 84 voix (4,38 %). Le 23 novembre 1958, il fut le suppléant d’André Blanchot lors des premières élections législatives de la Ve République dans la 1re circonscription de la Haute-Saône. Le 8 mars 1959, il figura en 5e position sur la « liste d’union ouvrière et démocratique de défense des intérêts communaux présentée par le parti communiste français » à la conquête du conseil municipal vésulien. Cette liste n’eut aucun élu mais il fut candidat au 2e tour sur une « liste d’union démocratique et laïque de défense des intérêts communaux » soutenue par le PCF et le PSA. À nouveau cette liste n’eut aucun élu.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15810, notice BARTHELEMY Charles [Haute-Saône] par Jean-Claude Grandhay, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 3 novembre 2010.

Par Jean-Claude Grandhay

SOURCES : Arch. UD-CGT Haute-Saône, P.V. des réunions syndicales, bulletin d’informations n° 3 de l’Union des syndicats ouvriers de la Haute-Saône. — Arch. Dép. Haute-Saône, 24 M 18, 14 M 53, 14 M 55. — État civil Vesoul. — Renseignements Généraux, 12015 et 845

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément