BRUEL Michel

Par Michel Gorand

Né le 29 septembre 1934 à Réquista (Aveyron) ; secrétaire du syndicat des cheminots CFDT de Paris-Est (1983-1984).

D’une famille de trois enfants dont le père était commerçant en tissus et photographe, Michel Bruel, après des études secondaires et un an d’enseignement en Côte-d’Ivoire, entra à la SNCF en janvier 1958 comme homme d’équipe en gare de Meaux. Il adhéra à la CFTC en 1959, devint délégué du personnel à partir de 1962 et responsable du syndicat de Gretz. Muté à la gare de Paris-Est, il fut délégué CFDT à partir de 1965. Il déroula sa carrière dans les gares proches de Paris-Est (facteur, facteur enregistrant) puis contrôleur adjoint des trains à partir de 1972 et chef de groupe au transport. Il fut élu au comité mixte du Réseau à partir de 1975, puis des divisions de Paris-Est, puis de la direction du Transport jusqu’en1987. Michel devint secrétaire du syndicat de Paris-Est en 1983, puis permanent administratif à la Fédération des cheminots CFDT à partir de 1985 et jusqu’en 1989, année de sa retraite. Il milita ensuite à l’Union fédérale des retraités comme responsable de la section retraités de Paris-Est, puis comme membre du bureau national des retraités à partir de 1993.
Avec son épouse, ils furent membres de l’Action catholique ouvrière (ACO) à Provins à partir de 1962, puis en Seine-Saint-Denis à partir de 1965. Michel Bruel avait adhéré au Parti socialiste en 1982 et fut conseiller municipal d’opposition à Villemomble de 1992 à 1995.
Marié en 1959 à Marie-Thérèse Rainteau, institutrice adhérente au SGEN-CFDT, ils eurent trois enfants qui travaillent dans le privé.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article1581, notice BRUEL Michel par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 25 décembre 2011.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Correspondances avec le militant, 2003.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément