BETRANCOURT Gilbert, René

Par Daniel Grason

Né le 31 décembre 1907 à Paillencourt (Nord), fusillé le 8 février 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ; résistant du réseau La Voix du Nord et dans les FTPF.

Fils de Victor, scieur de long et de Rose, née Afflard, couturière, Gilbert Betrancourt épousa Madeleine Peronne le 20 février 1932 en mairie de Paillencourt près de Cambrai. Le couple eut deux filles. Gilbert Betrancourt travaillait comme ajusteur dans une usine de Denain. Mobilisé en 1939, il fut libéré en 1940. Il fut très sensible à l’appel du général de Gaulle du 18 juin 1940.
Il eut des activités résistantes avec le réseau La Voix du Nord. En contact avec Jules Nautour, il était son agent de liaison. Il repéra dans la région de Cambrai des objectifs susceptibles d’être bombardés par l’aviation anglaise. Il prit part à l’activité militante, colla des tracts, distribua La Voix du Nord. Rentrant de son travail, il fut prévenu en décembre 1941 que des policiers français ou allemands l’attendaient à son domicile. Il se réfugia chez un ami dans une ferme à Cartignies. Isolé, il décida de quitter l’hospitalité pour trouver refuge chez Désirée Leprêtre à Hellemmes. Il prit des contacts, participa à des actions avec les FTP entre la fin janvier 1942 et son arrestation, notamment avec Armel Marsy. Le 30 avril 1942 la Cour spéciale de Douai le condamna par contumace à cinq ans de prison et mille deux cents francs d’amende pour « menées communistes »
À Lille le 21 octobre 1942 vers 22 h 10 une grenade fut lancée contre la vitrine de « La Taverne lilloise ». Deux marins et un employé des chemins de fer allemands, le patron de la taverne, une serveuse et des consommateurs furent légèrement blessés par des éclats de verre. Des témoins virent deux cyclistes prendre la fuite par la rue de la Vieille Comédie. Une enquête des Renseignements généraux fut menée sous la direction du commissaire central de Lille René Rochat, et de la police allemande.
L’enquête de la police française s’orienta immédiatement « dans les milieux susceptibles de sympathiser aux idées communistes. » Soupçonné d’être l’un des auteurs de l’attentat de Lille, Gilbert Betrancourt fut arrêté le 24 octobre 1942 par la police française au domicile de Désirée Leprêtre au 60 rue Henri-Chesquière à Hellemmes. Il présenta une carte d’identité au nom de Langlois Eugène, Maurice, la signature du commissaire censé avoir délivré la pièce était illisible.
Selon le commissaire René R… qui l’interrogea : « Après plusieurs heures d’interrogatoire, cet homme a reconnu que le nom de Langlois ne correspondait pas à son identité et qu’il se nommait en réalité Betrancourt Gilbert, René. Il fut probablement frappé lors de l’interrogatoire. Il vivait depuis décembre 1941 chez Désiré Leprêtre, cinquante-et-un ans, employée au Service régional des Assurances sociales, elle connaissait sa situation.
Il affirma aux policiers qu’il n’avait pas participé à l’attentat de « La Taverne lilloise ». À la suite d’autres arrestations, les policiers concluaient que Gilbert Betrancourt était avec René Camphin l’un des responsables des Francs-Tireurs et Partisans. En fait, il n’était pour rien dans l’attentat de Lille.
Livré à la police allemande, il fut incarcéré à la prison de Loos-lès-Lille et torturé lors des interrogatoires. Transféré à la prison de Fresnes le 5 janvier 1943, il comparut devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort pour « activités de franc-tireur », Gilbert Betrancourt fut passé par les armes le 8 février 1943 au Mont-Valérien.
Son inhumation eut lieu au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Sa femme fit revenir son corps en 1946 à Paillencourt où il fut ré-inhumé. Son nom figure sur le monument aux morts et la rue principale de la ville porte son nom. Son épouse Madeleine reçut à titre posthume : la Croix de guerre, la Médaille militaire, et la Médaille de la Résistance. Le ministère des Anciens Combattants reconnut Gilbert Betrancourt comme interné-résistant et la mention « Mort pour la France » lui fut accordée. Il a été homologué Interné résistant et au titre des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Désirée Leprêtre attesta le 5 octobre 1954 que Gilbert Betrancourt « était réfractaire et se cachait à mon domicile. Je le connaissais pour son activité résistante au sein des FTP. Il est certain que cet homme était un résistant authentique ». Martha Desrumeaux, la populaire dirigeante communiste du Nord, confirma le 3 novembre 1954 que Gilbert Betrancourt avait fait partie des FTP.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157689, notice BETRANCOURT Gilbert, René par Daniel Grason, version mise en ligne le 1er avril 2018, dernière modification le 2 avril 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. GB 112 (rapport du 10 novembre 1942). – Bureau Résistance GR 16 P 56936. – DAVCC, Caen, Boîte 5 Liste S 1744-27/43 (Notes Delphine Leneveu et Thomas Pouty). – Jean-Marie Fossier, Zone interdite, op. cit. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – Blog Résistance Avesnois 1940-1945. – État civil, Paillencourt.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément