Né le 30 janvier 1899 à Rosendaël (Nord), mort le 22 août 1968 à Paris (XIIe arr.) ; marin ; expert comptable ; journaliste pacifiste et écrivain prolétarien.

Fils de Clovis-Ernest, employé d’assurance, et de Joséphine Roland, ménagère, Kléber Sterckeman, engagé en avril 1914, à l’âge de 15 ans, comme mousse, servit pendant la guerre sur le cuirassé Danton puis fut affecté en 1916 sur les bases d’Afrique du Nord (Bizerte, Alger, Sidi Abdallah) où il allait recueillir les témoignages de marins ayant participé aux mutineries de la Mer Noire en 1919. Sous le nom de plume de César Fauxbras, il publia en 1935 un ouvrage intitulé : Mer Noire. Les mutineries racontées par un mutin, (258 p.) dont J. Fréville en donna un compte rendu dans l’Humanité du 10 juin 1935. Déjà, en 1932, l’auteur avait publié chez Flammarion, Jean le Gouin, Journal d’un simple matelot de la Grande Guerre (247 p.). Il publia, chez le même éditeur, Viande à brûler : journal d’un chômeur en 1935 et, en 1938, Antide ou les banqueroutes frauduleuses.
Fauxbras, après sa démobilisation, avait été breveté capitaine de la Marine marchande au Havre en avril 1922. Installé en région parisienne où il s’était marié le 5 juin 1924 à Paris (IVe arr.) avec Marcelle Franck, il obtint un diplôme d’expert comptable en 1929 et demeura dès lors à Vincennes. En 1936 il fut le cofondateur du syndicat CGT des officiers de pont de la Marine marchande.
Journaliste pacifiste et anti-militariste il collabora notamment à L’Oeuvre, Le Merle Blanc, Les Humbles de M. Wullens*. A la veille de la guerre il fut également un collaborateur régulier du journal SIA, où il rédigea notamment une série d’articles « contre le lapinisme » et pour le contrôle des naissances, qui lui valut d’être poursuivi en juillet 1939 avec Aurèle Patorni* pour « propagande contre la natalité ».
Mobilisé en 1939 dans l’armée de terre, il fut fait prisonnier lors de la percée allemande de mai 1940 et fut interné au Stalag XVIIA à Kaiserstenbruck en Autriche dont il fut libéré en 1941 comme ancien combattant de 14-18.
César Fauxbras cessa de publier pendant l’Occupation et ne parvint pas après la Libération à faire éditer ses livres. Il est décédé à Paris le 22 août 1968.

Oeuvre : outre les titres cités ci-dessus : - Lettre ouverte à M. le ministre de la guerre sur l’incontinence oratoire dans la Grande Muette (Rouen, 1935) ; - Le fétiche de mon oncle Archie : Nouvelle (in Les plus belles histoires de mer , 1940) ; - La Débâcle : les raisons, exposées par lui-même, qu’avait au mois de mai le soldat réserviste de ne pas vouloir mourir pour Dantzig (Ed. Allia, 2011) ; - Le Théâtre de l’Occupation : journal 1939-1944 (Ed. Allia, 2012) ; - Le corsaire boiteux (inédit) ; - Pourquoi la Marine a trahi (inédit).

Les Editions Allia ont également réédité l’ouvrage Viande à brûler présenté par Anthony Freestone.

SOURCES : Notes D. Dupuy. — SIA, n° 36, 20 juillet 1939. — Précisions de son petit-fils Anthony Freestone (mars 2014). — État civil.

Version imprimable de cet article Version imprimable