PINTE Gaby [PINTE Gabriel, Rodolphe, Ferdinand, Paul, dit Gaby]

Par Madeleine Singer

Né le 18 mars 1934 à Santes (Nord), mort le 12 août 2010 à Lille (Nord) ; technicien d’atelier ; membre du CCE, permanent syndical CFDT de la Fédération de la métallurgie pour le groupe PSA à Lille (Nord).

Aîné des quatre enfants de Ferdinand, Henri, Joseph Pinte, comptable dans un tissage à Haubourdin (Nord), et de Marguerite, Clotilde Vandekeere, coupeuse en confection à Loos-les-Lille (Nord), Gaby Pinte fut élevé dans la religion catholique. Ses parents quittèrent Santes pour Haubourdin car la place de concierge du tissage Reynaert et Brabant, où son père était employé, était vacante, et sa mère put l’occuper. Gaby Pinte fréquenta l’école privée de garçons de la localité et obtint en 1948 son certificat d’études primaires. Il entra alors à l’École professionnelle des industries lilloises (EPIL) où au bout de trois ans, il passa avec succès le BEI (brevet d’enseignement industriel).

Il fut aussitôt embauché comme ouvrier spécialisé par la Compagnie générale des moteurs (CGM) à Lille, qui était, à l’époque, une filiale de PSA et allait devenir en 1965 Peugeot-Lille. Il adhéra à la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) jusqu’à son mariage, mais le syndicalisme absorba rapidement son énergie. Il adhéra à la CFTC en 1952 et assuma dans son entreprise toutes les responsabilités : délégué du personnel de 1958 à 1970, membre du comité d’entreprise de 1958 à 1990, puis membre du comité central d’entreprise de 1973 à 1984. Passé P1, P2, P3, finalement il fut ouvrier professionnel hautement qualifié jusqu’en 1976 (date à laquelle cette classification fut remplacée par celle de technicien d’atelier) ; il devint permanent CFDT en 1976 lorsque le cumul des heures de délégations qu’il assumait avait rendu impossible un travail professionnel. Il s’occupait de tous les garages du PSA. Le groupe comprenait Peugeot et Citroën ainsi que des établissements fournisseurs, ECIA (Équipements et constructions pour l’industrie automobile) et Sevelnor situés tous deux à Hordain près de Valenciennes (Nord). Il était aussi chargé des relations internationales avec les syndicats du groupe qui avait des établissements en Grande-Bretagne et en Espagne. Parallèlement, il aida à mettre en place la structure automobile de sa fédération, la FGM, et fut l’auteur de l’organigramme.

Auparavant, il avait appartenu à partir de 1961 au conseil syndical CFTC de la métallurgie de Lille, avait fait partie en 1968 de son bureau et en avait été le secrétaire général de 1970 à 1976. Il s’était aussi préoccupé de l’interprofessionnel. Au congrès de l’Union départementale CFDT du Nord en novembre 1968, il fut élu suppléant de Marcel Rudant* qui siégeait au titre de la métallurgie à la commission administrative. Il resta membre de la commission jusqu’au 1er janvier 1971, date à laquelle les UD furent absorbées par les Unions régionales interprofessionnelles (URI) que la CFDT venait de créer. Il prit sa retraite en 1990.

Gaby Pinte avait épousé le 23 septembre 1960, à Haubourdin (Nord), Thérèse, Michèle, Andrée Crespel qui était alors emboiteuse à Loos-les-Lille dans une entreprise textile, Thiriez-Cartier-Bresson. Elle quitta son travail en se mariant afin d’élever leurs cinq enfants, mais reprit en 1985 un emploi d’assistante maternelle diplômée qu’elle occupait toujours en 2004. Outre un fils décédé en bas âge, ils eurent quatre filles qui furent éducatrice, cadre de banque, monitrice en réinsertion, ou coordinatrice en communication. En 1960, Thérèse Pinte fit partie avec son mari de l’Action catholique ouvrière (ACO). Celui-ci fut de 1970 à 1976 responsable de la fraction du diocèse qui concernait la région lilloise. Ils quittèrent le mouvement en 1980 car Gaby Pinte n’approuvait plus la stratégie des dirigeants de l’ACO.

Quand il fut à la retraite, il adhéra aussitôt à l’Association syndicale interprofessionnelle des retraités CFDT de Lille, tout en étant membre de la commission exécutive de l’Union fédérale des retraités CFDT de la métallurgie. En 1996 il devint secrétaire du conseil de l’Union régionale des retraités CFDT Nord-Pas-de-Calais, puis membre du bureau de l’URIR jusqu’en 2001. En même temps il fut élu au congrès de Lille en 1997, membre du conseil de l’Union confédérale des retraités CFDT où il exerça un mandat de trois ans, mais il dut quitter toutes ses fonctions syndicales lors de sa première hospitalisation à la fin de 2002.

Gaby Pinte avait adhéré au Parti socialiste après le congrès d’Épinay (Seine-Saint-Denis).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157388, notice PINTE Gaby [PINTE Gabriel, Rodolphe, Ferdinand, Paul, dit Gaby] par Madeleine Singer, version mise en ligne le 11 mars 2014, dernière modification le 12 mars 2014.

Par Madeleine Singer

SOURCES : Archives du monde du travail, Roubaix (Nord), comptes rendus des congrès et assemblées générales de l’UD du Nord. — Notice remplie par Gaby Pinte, adressée à Gilbert Ryon, 6 mai 2004. — Lettres de Gaby Pinte à Madeleine Singer, 20 octobre, 10 et 19 novembre 2004. — État civil de Santes.

Version imprimable Signaler un complément