CARON Henri, Joseph dit William

Par Claude Pennetier

Né le 18 février 1919 au hameau des Vieilles-Ventes (Sorel-Moussel, Eure-et-Loir), fusillé le 21 avril 1944 à Penmarc’h, sur les dunes de Poulguen (Finistère) ; mécanicien ; résistant FTPF.

Fils de Joséphine, Victoire Caron, sans profession, Henri Caron dit « William », était devenu le chef du groupe morlaisien de résistance Justice formé en juin 1942. Il avait participé à de nombreuses opérations contre l’occupant et avait été dénoncé par une femme jouant double jeu. Ses amis tentèrent sans succès de le faire sortir de la prison Saint-Charles de Quimper.
On peut penser que, comme les autres fusillés du 21 avril 1944 à Penmarc’h, les Allemands l’avaient d’abord condamné à mort le même jour à Quimper. Fusillé sur les dunes de Poulguen, son corps fut enterré dans le sable.
La fosse fut ouverte le 31 août 1944 et livra trente-cinq cadavres. (Voir Yves Bévin.)

Henri Caron est inhumé dans la nécropole de Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan).

Il a obtenu la mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157354, notice CARON Henri, Joseph dit William par Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 mars 2014, dernière modification le 9 août 2019.

Par Claude Pennetier

SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : DAVCC, Caen (pas de dossier, juste une fiche sommaire confirmant son exécution). – Site Les Amis de la Résistance du Finistère. — Notes et photographies de Jean-Pierre et Jocelyne Husson. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément