BARLIER Henri

Par Julian Mischi

Né le 18 mars 1920 à Saint-Léger-Magnazeix (Haute-Vienne), mort le 4 novembre 1999 à Egly (Essonne) ; serrurier puis cheminot ; militant communiste et syndicaliste CGT de l’Allier ; secrétaire fédéral communiste (1958-1962) ; responsable de l’UD-CGT ; membre de la direction de la Fédération CGT des cheminots

Fils de petits cultivateurs, d’une famille de six enfants, Henri Barlier, qui était titulaire du certificat d’études primaires, fut serrurier puis ouvrier SNCF au service mécanique. Il s’occupait plus particulièrement de l’électricité et de la signalisation des lignes de chemin de fer. Son épouse était femme de ménage et fille d’un cheminot militant communiste. Henri Barlier rejoignit la CGT en janvier 1939 alors qu’il travaillait à Vierzon (Cher). Membre des FTPF dans la Creuse depuis mars 1944, il adhéra au Parti communiste français le 1er décembre 1944 à Lavaufranche (Creuse). Henri Barlier qui s’était installé à Montluçon (Allier) suivit une école de section du PCF, puis une école fédérale en 1948. Secrétaire de la cellule Jean Mathé, il fut membre du comité et du bureau de section de Ville-Gozet et membre du comité fédéral du PCF de l’Allier de 1950 à 1952. Henri Barlier était secrétaire de la section syndicale, membre du secrétariat du syndicat des cheminots de Montluçon, puis secrétaire du secteur fédéral des cheminots jusqu’en 1952. Sanctionné pour son activité syndicale, Henri Barlier dut quitter en mai 1952 le département de l’Allier.
De retour dans l’Allier le 16 juillet 1956, Henri Barlier reprit son activité militante et fut envoyé à Paris en janvier-février 1957 pour suivre une école centrale d’un mois. Il devint alors secrétaire de la section Ville-Gozet à Montluçon, qui était la plus importante section de la fédération avec 550 adhérents en 1959. Henri Barlier entra dans le même temps, en mai 1957, au comité fédéral et au bureau fédéral. En juin 1959, lorsqu’Yves Bournaud* tomba malade, Henri Barlier fut nommé au secrétariat fédéral pour le remplacer. Henri Barlier continua son militantisme syndical à la SNCF : membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT de l’Allier, il prit à partir de 1955 des responsabilités au sein de la commission administrative de la fédération CGT des cheminots. Élu membre de la commission nationale de la fédération CGT des cheminots, il partit ensuite à Paris et ne fut donc pas réélu au comité fédéral lors de la conférence fédérale du PCF de juin 1962.
Il fut membre de la direction de la Fédération des cheminots de 1962 à 1983.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15726, notice BARLIER Henri par Julian Mischi, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Julian Mischi

SOURCE : Archives de la fédération du PCF de l’Allier. — Notice par Pierre Vincent dans Goergen, Cheminots, op. cit.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément