KESSIS Fernand, Prosper [Dictionnaire Algérie]

Par Jacques Girault

Né le 8 avril 1908 à Sétif ; professeur à Tlemcen et Sidi-Bel-Abbès ; révoqué en 1940 ; militant socialiste SFIO.

Fils d’un huissier, Fernand Kessis obtint le baccalauréat en 1925 puis une licence de philosophie (certificats de psychologie, de morale et sociologie, de logique et philosophie générale, d’histoire de la philosophie) en 1927. Il fut délégué pour enseigner la philosophie au collège de Tlemcen l’année suivante. Il fut titularisé comme professeur de lettres et de philosophie au lycée Laperrine de Sidi-Bel-Abbès en 1934.

Il effectua son service militaire (octobre 1933-octobre 1934) dans un régiment de zouaves comme soldat de deuxième classe. Il s’était marié en 1930 à Tlemcen. Le couple eut un fils. F. Kessis fut mobilisé d’août 1939 à août 1940 dans un régiment de zouaves.

Il avait adhéré au Parti socialiste SFIO au début des années 1930. En raison de ses idées hostiles au régime, présenté pourtant comme « non marqué politiquement » par l’inspecteur d’académie qui demanda son déplacement en septembre 1940, il fut nommé au collège de Tlemcen. Mais, « de confession israélite », par décret, en décembre 1940, en application des lois raciales, il fut révoqué. Par la suite, il vécut de leçons particulières.

Réintégré au collège de Sidi-Bel-Abbès en avril 1943, il continuait à habiter Tlemcen, ne trouvant pas de logement dans la ville où il enseignait. Cette situation dura peu puisqu’il fut mobilisé d’octobre 1943 à juin 1944 serveur au mess des officiers. À titre de compensation, il demanda un principalat de collège en 1945 qu’il n’obtint pas.

Il fut membre à partir de mars 1944 de la délégation spéciale de Sidi-Bel-Abbès. Le président de celle-ci obtint sa démobilisation en raison de son « inutilité » sous les drapeaux. Il fut le candidat du parti aux élections à l’Assemblée constituante en 1945, circonscription d’Oran en cinquième position sur la liste socialiste.

Il continua à enseigner au collège de Sidi-Bel-Abbès et était membre du conseil intérieur. Militant du Syndicat national de l’enseignement secondaire, en 1957, il était membre du conseil académique d’Oran. Il demanda sa mutation pour la métropole à partir de 1954. Il l’obtint certainement puisqu’il prit sa retraite d’enseignant en octobre 1961 à Paris. J. Kessis militait toujours au Parti socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157253, notice KESSIS Fernand, Prosper [Dictionnaire Algérie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 1er mars 2014, dernière modification le 1er mars 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 27855.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément